Lundi 11 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

ANGESEM : L’hôpital de Sikasso enfin doté d’une station de traitement des eaux usées

Le ministre de l’Environnement, de l‘Assainissement et du Développement durable, Mme Kéïta Aïda M’Bo, a visité la semaine dernière la station de traitement des eaux usées de l’Hôpital de Sikasso. D’une capacité de traitement de 350 m 3/jour, cette infrastructure sanitaire a coûté près de 400 millions de F CFA.

Au cours de son séjour pour la restitution de la Cop22 dans la 3è région Sikasso les 3 et 4 avril derniers, le ministre de l’Environnement, de l‘Assainissement et du Développement durable, Mme Kéïta Aïda M’Bo, en compagnie de la directrice de l’Agence nationale de gestion des stations d’épuration du Mali (Angesem), Mme Assian Sima,  a profité de l’occasion pour visiter la station de traitement des eaux usées de l’Hôpital de Sikasso.  L’hôpital qui génère 133, 33m 3/jour d’eaux usées  ne disposait pas  d’ouvrage adéquat pour la  gestion de ces eaux.

Pour éviter les risques d’infection, l’hôpital de Sikasso en collaboration avec l’Angesem (fort de ses expériences réussies dans plusieurs hôpitaux  notamment au Point G),  a initié la construction  de cette station d’épuration.  Installée dans l’enceinte de l’hôpital, la station des eaux usées a une capacité de traitement  de 350  m 3/jour. Pour alimenter la station, un réseau d’égouts de 1500 ml a été réalisé avec 77 regards de visite ; avec un réacteur biologique émanant de la technologie allemande et renfermant un tamis en spirale, un poste de relevage, un poste de dégraissage-dessablement. Il faut ajouter  un bassin d’aération/décantation (bioréacteur), un poste de dosage et une cabine technique. La réalisation cette station a coûté environ 400 millions de F CFA à l’Etat malien. Les travaux ont été réalisés par l’entreprise Sowsin-Sarl et le contrôle était assuré par le bureau d’ingénieurs Conseils,  Z-Ingénieurs.

Aux termes de la visite, Mme Kéïta Aïda M’Bo a exprimé toute sa satisfaction et invité les uns et les autres à un usage judicieux de ce joyau.

L’Angesem gère plusieurs autres stations d’épuration à travers tout le pays notamment la station d’épuration des eaux usées industrielles de Sotuba d’une capacité de 5000 m 3/jour,  conçue pour gérer les eaux usées de la zone industrielle du district.  Actuellement, 29 unités industrielles sont connectées à  cette station. On peut ajouter la station d’épuration des eaux usées de teinturerie à Sotuba d’une capacité de traitement de 500 m 3/jour ainsi celles de Mopti et Tombouctou.

L’Angesem envisage la construction de plusieurs autres stations d’épuration des eaux usées à travers le pays notamment à l’hôpital de Ségou et également à l’hôpital du Mali, toujours dans le but de minimiser le risque d’infection.

O.D.

Source: L'Indicateur du Renouveau

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La santé de Président-Fondateur

11 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Vos questions d'actualité

11 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017