Mardi 12 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Santé-Education-Justice: Trois secteurs clés du pays paralysés par la récurrence des grèves

Malgré les différentes rencontres de Mme Diarra Raky Talla, la ministre du Travail et de la Fonction publique, chargé des Relations avec les Institutions avec les centrales syndicales pour faire baisser les tensions, le front social reste en ébullition. Depuis le jeudi 9 mars, à cause de la grève illimitée des blouses blanches, les hôpitaux et les centres de santé du pays sont paralysés.

Six syndicats de l’enseignement sont, aussi, depuis hier, lundi 13 mars, en grève de 216 heures (9 jours). Pire, la section syndicale de la justice a déposé, sur la table du ministre de la fonction publique, le vendredi dernier, un nouveau préavis de grève de 72 heures.

Le rapport de force continue entre les syndicats et le gouvernement malien. Et cela, malgré l’initiative prise, en fin février, par Mme Diarra Raky Talla la ministre du Travail et de la Fonction publique, chargé des Relations avec les Institutions, de rencontrer les quatre centrales syndicales au Mali, pour l’apaisement du climat social. Aux syndicalistes, la ministre avait demandé l’observation d’une « trêve » aux grèves intempestives, car, dit-elle, « la paix sociale ne pourra pas se faire sans une trêve ».

Ces paroles semblent tomber dans l’oreille d’un sourd. En témoigne toutes ces grèves en cascade aujourd’hui au Mali. La section syndicale de la justice a déposé, sur la table du ministre de la fonction publique, le vendredi 10 mars dernier, un nouveau préavis de grève de 72 heures à commencer du 28 au 30 mars prochains. La section syndicale de la justice réclame la satisfaction des points N°11, 12, 13, 14 et 15 inscrits dans le protocole d’accord entre le gouvernement et la CDTM en date du 21 août 2015.

Les hôpitaux et centres de santé du pays paralysées

Dans les hôpitaux et centres de santé du pays, les médecins assurent juste le service minimum depuis le jeudi 9 mars 2017. Le Professeur Mamady Kané, le secrétaire général du Syndicat National de la Santé, de l’Action Sociale et de la Promotion de la Famille (SNS-AS-PF), l’un des deux syndicats à l’origine de la grève illimitée qui paralyse le secteur de la santé, continue de galvaniser sa troupe. « La grève illimitée continue. Il n’y a aucune évolution de la situation. Tenez bon et ne cédez ni aux menaces, ni au chantage », informait –il encore, le dimanche, les grévistes.

Contacté par le Républicain, le jeudi dernier, première journée de la grève, le Professeur Mamady Kané a fait savoir que cette grève a comme principal motivation la non prise en compte de leur cahier de doléance contenant les préoccupations des médecins déposé sur la table du ministère du Travail de la Fonction Publique chargé des relations avec les institutions.

Selon lui, sur les 9 points inscrits dans le cahier de doléance des deux syndicats ( le Syndicat National de la Santé, de l’Action Sociale et de la Promotion de la Famille (SNS-AS-PF) et la Fédération des Syndicats de la Santé et de l’Action Sociale (FESYSAM) , un accord total avait été trouvé sur huit points. Ce motif est il suffisant pour entamer une grève dans un secteur qu’est la santé ? « Nous nous sommes rendus compte de la mauvaise volonté du gouvernement dans le traitement du dossier », déplore le Professeur Mamady Kané.

« Trois mois après, le gouvernement nous a proposé une augmentation de 25% de la prime existante, soit à titre d’illustration 6375 FCFA pour la catégorie A alors que les syndicats demandaient 100 000 FCFA. Les syndicats ont naturellement refusé», déclare-t- il.

En entendant un dénouement heureux de cette crise, les malades souffrent le martyr dans les structures de santé. Rencontré à l’hôpital Gabriel Touré, le jeudi dernier, Mamadou Traoré qui accompagnait son enfant, très peiné par la grève, explique : « il faut vite trouver une solution. Certaines couches peuvent bien partir en grève illimitée mais pas les médecins qui sauvent à longueur de journée des vies. »

Quant à Boubacar Sylla un malade qui était obligé de rentrer à la maison sans recevoir de soins, il a fustigé le gouvernement qui, selon lui, règle tout sauf l’essentiel. « On se demande ce que cherche ce régime. Depuis des mois c’est des grèves au sein de presque toutes les couches. J’ai l’impression qu’ils règlent tout sauf l’essentiel. Cette grève des médecins risque de coûter la vie à des maliens pour faute de soin adéquats», a –t-il confié au Républicain.

Les enseignants aussi bandent les muscles

C’est comme si l’école malienne et les grèves des syndicats d’enseignants se sont liées une amitié réciproque. De l’Enseignement supérieur à l’enseignement secondaire, les syndicats d’enseignants sont très remontés contre le gouvernement malien. En effet, après les 9 jours de grève entamés le 13 mars 2017 par les Syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 (13 au 23 mars), ce mardi 14 mars 2017, le Syndicat national de l’enseignement supérieur (Snesup) entame, à son tour, une grève de 72 heures. Des grèves qui amènent à s’interroger sur le bon déroulement de l’année académique.

Après l’exécution de sa grève de 48 heures les 7 et 8 mars 2017 suite à l’échec des négociations qui ont duré cinq jours entre la commission de médiation et le syndicat, le Comité exécutif national du Syndicat national de l’enseignement supérieur (Ce-Snesup), a décidé de poursuivre la grève de 72 heures comme stipulé dans le préavis de grève déposé le 20 février dernier pour la satisfaction totale des points de revendications suivants : de la signature immédiate du rapport de la commission tripartite déposé le 31 janvier 2017 et l’application immédiate de la grille plafond 3000 et plancher 1368 au personnel enseignant de l’enseignement supérieur et aux chercheurs ; de l’intégration immédiate dans la fonction publique des travailleurs contractuels payés sur les budgets autonomes des structures de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ; de l’adoption immédiate du nouveau statut «enseignant-chercheur» avec : les quatre fonctions (assistants/attaché de recherche, maître assistant/ chargé de recherche, maître de conférence/ maître de recherche, professeur /directeur de recherche), les charges horaires actuelles en semestres, les transpositions des assistants/attachés de recherche docteurs dans le corps des maîtres assistants/chargés de recherche ; la nomination immédiate des agents fonctionnaires de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique omis de la hiérarchisation du 16 juin 2015 et la capitalisation des publications des chercheurs de l’IER recrutés en 2008 pour leur juste transposition ; le rétablissement immédiat et effectif de fonds «études et recherche» conformément au protocole d’accord du 13 mai 2016; le payement immédiat des arriérés d’heures supplémentaires de 2013-2014 et 2014-2015 aux enseignants de l’IUG; l’éradication totale de la violence dans l’espace universitaire.

Aussi les syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016( le syndicat libre et démocratique de l’enseignement fondamental (Syldef), le syndicat national de l’éducation de base (Syneb), le syndicat national des enseignants de secondaire de l’Etat et des collectivités (Synesec), le syndicat national des enseignants fonctionnaires des collectivités (Synefct), la fédération nationale de l’éducation de la recherche et de la culture (Fenarec), le Syndicat des professeurs de l’enseignement secondaire des collectivités (Sypesco), ont entamé depuis hier, une grève de 9 jours (du lundi 13 au vendredi 17 et du lundi 20 au jeudi 23 mars 2017, soit 216 heures. Ce bloc de syndicats menace de retenir les notes si le procès-verbal de conciliation du 8 janvier 2017 n’est pas appliqué par le gouvernement.

Madiassa Kaba Diakité

H. B. Fofana

Source: Le Républicain

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La santé de Président-Fondateur

11 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Vos questions d'actualité

11 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017