Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Santé : Le SNS-AS-PF et la FESYSAM en grève illimitée à partir d’aujourd’hui

Ils entendent ainsi manifester leur mécontentement face au refus du gouvernement d’augmenter la prime existante à 100%, soit un montant de 100 000FCFA

Le Syndicat national de la santé, de l’Action et de la Promotion de la famille (SNS-AS-PF) et la Fédération des Syndicats de la Santé et de l’Action Sociale (FESYSAM) ont décidé de la base au sommet d’aller en grève illimité à compter du jeudi 9 mars prochain. L’annonce a été faite par les responsables de ces organisations lundi dernier à la Bourse de travail à la faveur d’une conférence de presse. Pour éclairer la lanterne des journalistes présents, étaient présents du côté de ladite organisation syndicale le Secrétaire général du SNS-AS-PF, le Pr Mamady Kané, son adjoint M. Sinaly Sanogo et Maouloud Ben Kattra, représentant le secrétaire général de l’UNTM.

C’est le 15 février 2017 que ces deux syndicats signataires ont déposé leur préavis de grève illimitée sur la table du ministre de la fonction publique, chargé des relations avec les institutions, a expliqué le secrétaire général du SNS-AS-PF. Les doléances portent sur 9 points. Les 8 points ont été immédiatement acceptés par le gouvernement a reconnu le conférencier. Seul le 9ème point ayant trait à l’augmentation des primes (prime de fonction spéciale, de garde et de monture ainsi que l’intégration des émoluments des bi-appartenant dans le salaire) et l’intégration des contractuels dans la fonction publique a été reversé dans deux commissions. En commun en accord avec la partie gouvernementale, ces commissions devraient rendre leur conclusion dans 21 jours. C’est trois jours après le délais, que le gouvernement a fait une proposition d’augmentation de 25% de la prime existante. Par exemple au lieu 100 000F cfa demandés par les syndicalistes, le gouvernement leur propose 6375Fcf.

Les points qui avaient l’objet d’accord sont entre autres : le maintien et l’extension des ristournes ; l’octroi d’autorisation et de congés de formation à tous les travailleurs ayant respecté la réglementation. Outre, l’augmentation de la prime existante à 100%, il y a l’augmentation substantielle des primes de fonction spéciale et de garde ; la prise à 100% des soins médicaux des travailleurs socio-sanitaires assujettis à l’assurance maladie obligatoire ; le paiement des primes de grade des agents de santé chargés du contrôle sanitaire de la maladie à virus Ebola ; l’abrogation de mutation abusive de syndicalistes en cours de mandat etc.

Rappelons que le SNS-AS-PF avait consommé 5 jours de grève à la suite des préavis de grève déposés les 31 août et 26 septembre 2016. Ensuite, un autre préavis de grève illimitée avait été déposé le 24 octobre 2016. Celui-ci avait fait l’objet d’un procès-verbal de conciliation signé le 9 novembre 2016 entre le gouvernement et les syndicats.

Diakalia M Dembélé

Source : Le 22 Septembre

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017