Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Burkina: Zida dissout conseils municipaux et régionaux

Le lt-colonel Isaac Zida, qui dirige le Burkina Faso depuis la chute de l'ex-chef de l'Etat Blaise Compaoré le 31 octobre, a dissous mardi les conseils municipaux et régionaux burkinabè, selon un décret reçu mardi soir par l'AFP.

Cette mesure intervient après le limogeage de deux grands patrons proches de François Compaoré, le frère de l'ancien président, semblant montrer une prise en main de l'actuel homme fort du pays, qui doit transmettre vendredi ses pouvoir à Michel Kafando, le président intérimaire ayant prêté serment mardi.

"Les conseils municipaux et les conseils régionaux du Burkina Faso sont dissous", indique un décret signé lundi par le "chef de l'Etat", le lt-colonel Zida.

Ce décret, reçu mardi soir, installe en lieu et place des "délégations spéciales dans toutes les communes et régions du Burkina Faso".

"Cela signifie simplement que désormais les mairies seront administrées par les préfets des départements et les conseils régionaux par les hauts-commissaires des provinces", a expliqué à l'AFP un haut fonctionnaire au ministère de l'Administration territoriale ayant requis l'anonymat.

Plusieurs mairies, notamment à Bobo-Dioulasso, la deuxième ville du Burkina, et à Ouahigouya, avaient été incendiées durant les émeutes du 30 octobre ayant conduit Blaise Compaoré à démissionner. Des habitants de Ouahigouya se sont depuis lors réunis pour demander le départ de leur maire.

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), l'ex-parti au pouvoir avait largement remporté les élections municipales de décembre 2012, avec 12.340 conseillers municipaux sur 18.645 postes, suivi de son allié l'Alliance pour la démocratie et la fédération/Rassemblement démocratique africain (ADF/RDA) avec 1.746, dont le président Gilbert Noël Ouédraogo est maire de Ouahigouya.

Le principal parti d'opposition, l'Union pour le progrès et le changement (UPC) de Zéphirin Diabré, n'avait obtenu que 1.615 postes municipaux.

Source : AFP 19/11/14

 

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017