Jeudi 03 Décembre 2020
Banniere SAma Money

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Le CNSP s’accapare du CNT : Les Partis politiques et Syndicats y renoncent!

Le président  de la Transition malienne  Bah N’Daw  a  signé, le  09 novembre dernier, deux décrets très importants que polémiques  pour  la création du Conseil National de Transition (CNT).

Le premier  Décret n°2020-0142/PT-RM du 9 novembre 2020  fixe  les modalités de désignation de ses  membres alors que le second Décret  n°2020-0143/PT-RM du 9 novembre 2020 fixe  la clé de répartition entre les composantes du CNT. La part belle revient aux colonels du CNSP. Furieux, les partis politiques et syndicats renoncent d’y siéger. Quelles sont  les  raisons qui motivent  ce renoncement de la classe politique et des syndicats au CNT ?

Dans la clé de répartition de cet organe législatif  transitoire : les Colonels du Comité National de Salut du Peuple (CNSP) s’octroient la part du « Billisi » soit 22 membres sur 121 que compte le CNT ; 8 places  sont réservées au  M5-RFP (le mouvement sociopolitique à l’origine de la chute du régime défunt) ; 11 aux partis politiques ; 4 aux Centrales Syndicales du Mali et  le reste des 71 sièges entre les  autres forces vives de la nation à savoir : les groupes signataires de l’accord de paix, les mouvements de l’exclusivité, les organisations des défenses des droits de l’homme, des jeunes, des femmes, des maliens établis à l’étranger et les groupements syndicaux, les ordres professionnels, les confessions religieuses, les autorités transitionnelles, les chambres consulaires, les faitières de  la presse et des arts et de la culture. En somme,  le premier Décret octroie la plus grande représentativité au sein du CNT alors que  le second autorise  le colonel Assimi Goïta, vice-président de la Transition et non moins président du CNSP de procéder  tout  seul au choix de  l’ensemble des membres du CNT.

Comme l’on pouvait  s’y attendre,  la publication des deux décrets  a vivement fait  beaucoup réagir  l’ensemble de la classe politique malienne et les Centrales Syndicales. Le Comité stratégique du Mouvement du 5 juin a aussitôt décidé de ne plus participer au CNT. Ses responsables dénoncent « une militarisation des institutions et une négligence envers les partis et mouvements politiques ».  Idem pour la Coalition des forces patriotiques  (COFOP). Celle-ci dénonce  non seulement,  « l’absence de concertation et une tentative de confiscation du rôle des politiques » mais aussi et surtout,  les responsables de la COFOP considèrent les deux décrets comme: « Une entrave à la démocratie, et un danger pour l’avenir du pays ».

Même la coalition politique Ensemble Pour le Mali (EPM), les ex soutiens du régime déchu, sont enfin sortis de leur léthargie pour dénoncer l’accaparement  de la junte des Colonels sur la Transition en cours dans notre pays.  Ainsi, les Partis et Regroupements Politiques : Alliance Ensemble Pour le Mali (EPM), COFOP, ARP, Alliance JIGIYA KURA, le Parti PSP (membre du FSD-SAP), le Parti PRVM FASOKO, le Parti ADP MALIBA, le Parti YELEMA, les Partis NON ALIGNES,   exhortent l’ensemble de la classe politique  en « une union sacrée » afin d’observer ce devoir de la non-participation des représentants des partis politiques au Conseil National de la Transition (CNT). Même son de cloche pour les centrales syndicales, notamment la CSTM, qui  renoncent à leur participation à l’organe législatif de la Transition. Ils s’insurgent contre le manque de concertation qui devait être un préalable à la mise en place de ce Conseil.

Si le mot d’ordre du boycott du CNT est bien suivi par l’ensemble de la classe politique et les Centrales syndicales,  les colonels du CNSP auront désormais  la mainmise  totale sur ce Parlement de Transition. N’était-il pas d’ailleurs leur objectif inavoué ?

Falaye Keïta

Source: Le Pélican

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Édito : IBK, une ambition manquée pour le Mali ?

Quelle action imprimer désormais à la marche de l'État ?

Le Mali, en pièces détachées, les positions se cristallisent, la gouvernance orageuse et le peuple meurtri. L'urgence, c'est de sauver la patrie en danger. Tout le reste n'est que littérature. 

Lire la suite

Ecoutez

« DIS ! » Le Débat Interactif du Soir

Appelle-nous et donne ton point de vue sur une question d’actualité (politique, économique, culturelle, religieuse, etc.). Pas de sujets tabous : arguments, contre arguments ! Dis-nous tout !

23 Novembre


JÒ KÓNO

 

Réécoutez votre émission de débat politique en bambara.

Dans JÒ KÓNO, Moussa Timbiné reçoit Lieutenant Daouda Konaté, secrétaire général du syndicats des surveillants de prison.

10 Novembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2020