Dialogue national inclusif : Quand certaines pratiques donnent raison aux boycotteurs !

Publié le 12 novembre
Source : Le Pays

Le parti de l’ancien Premier ministre Moussa Mara a mis à nu des pratiques peu orthodoxes de certains organisateurs du Dialogue national inclusif notamment ceux de la commune I du district de Bamako qui ont, pour des desseins inavoués, refusé de faire une transmission fidèle du rapport des travaux de concertations au Gouvernorat du District de Bamako. Ces pratiques ne donnent-elles pas raison aux boycotteurs qui estiment que la seule motivation des tenants du pouvoir à travers ce dialogue c’est d’aboutir à la révision de la constitution ? L’affirmatif est la meilleure réponse.

« Unanimité des participants pour la révision de la Constitution du Mali afin de l’adapter à l’Accord pour la paix », voilà cette recommandation rapportée par les organisateurs du Dialogue national inclusif en commune I du district de Bamako et à laquelle se désolidarise le parti Yelema, le changement, de l’ancien Premier ministre Moussa Mara. En effet, le parti Yelema qui a fait des propositions concrètes et a participé activement au Dialogue national inclusif a refusé de tomber dans le piège de ceux qui veulent réviser la constitution du Mali pour l’adapter à l’Accord d’Alger.

Dans un communiqué publié hier lundi 11 novembre 2019, le jeune parti s’est plaint de la transmission non fidèle, par les organisateurs du Dialogue national inclusif en commune I du district de Bamako, du rapport concernant les points de vue des participants. « Suite à la transmission au Gouvernorat du District de Bamako par les autorités municipales (organisateurs du DNI en Commune I du District de Bamako) du rapport censé fidèlement refléter les points de vue des participants, la cellule communale du Parti Yelema, le Changement communique son désaccord quant à certaines recommandations contenues (unanimité des participants pour la révision de la Constitution du Mali afin de l’adapter à l’Accord pour la paix) dans le rapport transmis au Gouvernorat du District de Bamako par la Mairie de la Commune », a-t-on lu dans le communiqué signé par Dr Alassane TRAORE.

Selon le parti de Moussa Mara, la recommandation : « unanimité des participants pour la révision de la Constitution du Mali afin de l’adapter à l’Accord pour la paix » n’est pas une décision des participants. « Tout au long des deux (2) jours du dialogue, il n’a jamais été question d’une proposition acceptée unanimement de révision de la Constitution de la République du Mali pour adaptation à l’Accord pour la paix (tous les débats concernant toutes les six (6) thématiques ont été tenus en plénière) », a précisé le Coordinateur du parti Yelema en commune I du district de Bamako.

Le parti est allé au-delà de la simple déclaration de son désaccord avec la transmission non fidèle des recommandations des participants au Dialogue national inclusif en commune I du district de Bamako, il a demandé une correction du rapport qui est déjà au gouvernorat. « Aussi, il est impérieux pour la réussite du DNI que les opinions émises (au niveau local) soient fidèlement rapportées. Ce qui n’est pas le cas en Commune I du District de Bamako au vu du rapport produit », a déploré la coordination du parti Yelema de la commune I. Elle sollicite à ce qu’« une correction acceptée par les participants du rapport » soit faite.

Les pratiques des organisateurs de la commune I donnent raison aux boycotteurs du Dialogue national inclusif

Le FSD, la plateforme An Ko Mali Dron de Mme Sy Kadiatou Sow et d’autres boycotteurs du Dialogue national inclusif ont exprimé leurs inquiétudes quant à la volonté du gouvernement à ne réduire le Dialogue national inclusif qu’à la seule révision constitutionnelle afin de l’adapter à l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger. Eh oui, le compte rendu tendancieux des organisateurs du dialogue en commune I du district de Bamako confirme le bien fondé des inquiétudes de ces boycotteurs.

C’est le cas de la commune I du district de Bamako qui a été découvert, mais qui sait pour les autres communes ? N’y a-t-il pas lieu de craindre si les mêmes pratiques ne s’y sont pas déroulées ? Et si jamais les choses se passent de la sorte dans les autres communes, dans les régions, et dans la diaspora comme en commune I, la révision de la constitution ne sera-t-elle pas une exigence ? Oui, logiquement.

En tant que minorité, ce sont ces pratiques que le FSD craignait qu’on ne les lui impose. Les autorités de la commune I du district de Bamako viennent quand même, on ne sait pour quelle raison, donner raison à ceux qui ont refusé de participer au Dialogue national inclusif. Aussi, ont-elles discrédité à jamais le dialogue qui est auprès de sa tombe et qui attendait impatiemment son enterrement.

Et même si le dialogue recommandait en majorité la révision de la constitution malienne pour l’adapter à l’accord d’Alger, les rues des grandes villes du Mali vont être inondées par les contestataires comme en 2017. Bref les organisateurs des concertations en commune I de Bamako, en ne faisant pas le compte rendu fidèle des points de vue des participants, n’ont pas rendu service au régime. Ils n’ont participé qu’à donner raison aux non partants.

Boureima Guindo

Source: Le Pays

Commentez avec facebook