Vendredi 15 Novembre 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Mali : GREVE D’UNE SEMAINE DES MAIRES POUR SOUTENIR ADAMA SANGARE : Ne savaient-ils pas que la justice a sonné la fin de la récréation ?

Le Maire du District de Bamako est écroué à la Maison centrale d’Arrêt pour des faits gravissimes de détournement de deniers publics. En guise de solidarité ou certainement de peur de ne pas subir le même sort que lui, le syndicat mixte des collectivités a décrété une grève de six jours. Cette grève, qui est une insulte aux électeurs et au peuple tout entier qui a porté sa confiance à ces élus, prouve à suffisance que les gouvernants communaux se soucient beaucoup plus de la préservation de leurs intérêts sordides plutôt que pour la sauvegarde du patrimoine commun. En six jours, les Maires ont causé plus de tort aux populations qui les ont élues qu’au gouvernement. N’ont-ils pas encore prouvé que les oiseaux d’un même plumage  volent toujours ensemble ?  La justice n’a-t-elle pas encore une nouvelle preuve de la culpabilité de ce grand détenu ? Va-t-elle diligenter des investigations dans toutes les mairies pour savoir si les indicateurs de gestions sont au vert ?

La marche vers la démocratie et la transparence  est désormais  irréversible au Mali  et gare à ceux qui se mettraient à contrecourant. Pendant des décennies, certains cadres ont fait de la corruption leur jeu favori. Ces cadres véreux et sans scrupules sont à retrouver au sein de l’administration publique et surtout des collectivités locales. Prenant conscience du fléau qu’est la corruption et la délinquance financière, la justice a désormais décidé de se lancer à la traque de ces bandits à col blanc. Ce qui a conduit le Maire du District à la prison centrale, c’est le fait qu’il a été constaté des dépenses non justifiées dans les travaux d’éclairage de certaines artères du District de Bamako qui s’élèveraient à plus de 500 millions. Adama Sangaré est-il au-dessus de la loi pour ne pas être inculpé même si les faits sont avérés ?

Les Maires ont débrayé pour exiger sa libération.  Ils ont décrété une grève d’une semaine pour protester contre l’arrestation d’un des leurs. Si la grève est un droit reconnu dans notre constitution, son opportunité devrait tout aussi être vérifiée pour ne pas causer plus de tort aux populations. Celle de nos élus communaux s’apparente à une anarchie qui mérite d’être sanctionnée. La balle est  désormais dans le camp de la justice. C’est elle qui pourrait fouiner dans les affaires à la fois foncières qu’imposables de ces maires pour savoir si ce soutien n’est pas une peur bleue. S’ils craignent de ne pas subir le même sort que le Maire du District ; ils ont alors tiré à côté car nul ne pourra arrêter la machine de la justice. Ils doivent alors se mettre rapidement à jour, en réunissant toutes les pièces justificatives des différentes dépenses et recettes de leurs mairies. Par leur grève, ils semblent non seulement attirer l’attention des citoyens sur eux, mais aussi et surtout, ils se sont exposés. Les radars de la justice doivent être braqués sur eux.

Youssouf Sissoko

Source : Inf@sept

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Coup d'gueule

Moussa Sinko Coulibaly : « IBK se moque des Maliens »

« Discours totalement vide et insipide de ibk à l'Ortm. Sans hauteur ni volume. Aucune émotion... Ibk se moque des maliens. Ce pays est foutu à jamais  avec un président pareil à sa tête. Je pensais qu'il allait présenter des excuses aux maliens et démissionner. Je suis profondément déçu mais pas surpris ».

Blog

Youssouf Sissoko à propos de la lutte contre la corruption : « Le Mali est à la croisée des chemins »

« Le Ministre de la justice garde des sceaux, Malick Coulibaly, le Procureur Général chargé des pôles économiques et financiers, Mamadou Kassogué, le Président de la PCC le Professeur Clément Dembélé et celui des APM, Me Mohamed Ali Bathily, constituent le quatuor qui empêche les bandits à col blancs, les délinquants financiers de tourner en rond.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

C'est quoi une guerre asymétrique?

14 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

15 Novembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2019