DDR accéléré : 324 soldats prêts à servir la nation

Publié le 06 novembre
Source : l'Essor

Le ministre de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation nationale, Lassine Bouaré, représentant son collègue en charge de la Défense et des Anciens combattants, a présidé vendredi dernier, au centre d’instruction de Bafo, la cérémonie de fin de formation de la 2è vague des éléments issus du désarmement, démobilisation et réinsertion accéléré (DDR) dans le cadre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger. Cette importante rencontre a enregistré la présence du chef d’état-major de l’armée de terre, le général de brigade Kéba Sangaré, du représentant du chef d’état-major général des armées, Moustapha Drabo, du président de la Commission nationale du désarmement, démobilisation et réinsertion (CNDDR), Zahabi Ould Sidi Mohamed, des ambassadeurs accrédités dans notre pays et de plusieurs autres hauts gradés de l’armée.

Trois cent vingt-quatre, c’est le nombre d’éléments ayant suivi la formation accélérée correspondant à leurs catégories. 15 officiers ont été formés à l’EMIA de Koulikoro, 80 sous-officiers à l’ESO de Banancoro et 229 militaires du rang à Tiby désormais aguerris et prêts à servir le pays. Selon le chef d’état-major de l’armée de terre, l’Accord pour la paix et la réconciliation traite dans son titre 3, des questions ayant trait à la défense et à la sécurité notamment le cantonnement, l’intégration et le processus de démobilisation, désarmement et réinsertion (DDR). En somme, la démarche cohérente pour l’unicité des Forces armées et de sécurité du Mali, relevant organiquement et hiérarchiquement de l’autorité de l’état. Le général de brigade Kéba Sangaré précisera que le programme d’instruction élaboré pour chaque catégorie était bien adapté au contexte spécifique de l’heure et a été dispensé en systèmes modulaires. Cela a permis d’atteindre le résultat escompté à travers les efforts louables des différents encadrements.

S’adressant aux nouveaux membres des FAMa, il a fait savoir qu’ils doivent toujours garder à l’esprit, que le drapeau national, emblème de la patrie est d’abord le symbole de notre nation. à ce propos, le général de brigade Kéba Sangaré dira que les éléments issus du DDR accéléré doivent servir la patrie avec honneur, loyauté et fidélité, de participer en tout temps et en toutes circonstances à la défense de l’intégrité du territoire national et de protéger la population civile et leurs biens. Et d’ajouter que les connaissances acquises pendant cette formation permettront à chacun de tenir une fonction au sein d’une unité de combat. Le chef d’état-major de l’armée de terre ajoutera qu’en acceptant de venir dans l’armée, les nouvelles recrues n’ont pas choisi la facilité, car, le métier des armes et l’état de militaire exige d’eux en tout temps et lieu, la discipline, la loyauté et l’esprit de sacrifice. Le général de brigade Kéba Sangaré a adressé une mention particulière aux commissions DDR et de réintégration pour leurs efforts multiformes ayant conduit à ce jour mémorable, et le retour dans le giron de la République de ce millier d’ex-combattants épris de paix.

Animé d’un sentiment de réconfort et de fierté, le ministre de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation nationale a déclaré que cette cérémonie est la preuve que l’Accord et le processus de sécurisation avancent. Saisissant l’occasion, Lassine Bouaré a affirmé que ces éléments constituent les premières unités de l’armée reconstituée afin de faire face au vide sécuritaire en l’occurrence dans les Régions du Nord, tout en indiquant que l’étape prochaine concerne le profilage des détenteurs d’armes pour voir qui respecte les critères afin de faire face aux enjeux sécuritaires.

Pour le président de la Commission nationale du désarmement, démobilisation et réinsertion, la fin de formation de 324 éléments marque un pas décisif dans l’unicité des FAMa et dans le processus de paix. Zahabi Ould Sidi Mohamed soulignera que le gouvernement est résolument engagé et respecte ses engagements pour un Mali en paix. La remise des attestions et la parade militaire ont marqué la fin de la cérémonie.

Mamadou SY

AMAP-Ségou

Source : l’Essor

Commentez avec facebook