Après le communiqué du Procureur Kassogué : Les avocats de Adama Sangaré dénoncent des violations…

Publié le 31 octobre
Source : l'Aube

Après la diffusion d’un communiqué du Procureur, Mamoudou Kassogué, sur l’affaire dite des « opérations de dépenses effectués par la société énergie du Mali (EDM-SA) pour les exercices 2012, 2013, 2014 et 1er semestre de 2015, impliquant le maire du District Adama Sangaré ; Mohamed Oumar Traoré, Dg de la société ESOT ; Sékou Alpha Djiteye, ancien Dg d’EDM-SA ; Amadou Lamine Gaye, ancien directeur financier EDM-SA et Mme Mafily Koné (EDM), le vendredi dernier. La réplique des avocats du maire du District, est immédiatement tombée. En effet, dans un communiqué diffusé, les défenseurs de Adama Sangaré, dénoncent une : « stigmatisation des personnes présumées innocentes… », et pour eux, ce communiqué constitue « une violation manifeste du secret de l’information ».

Soucieux de la manifestation de la vérité ainsi que la défense de leur client, le Collectif des avocats de Adama Sangaré a tenu à protester vigoureusement contre le communique de Mamadou Kassogué. Le samedi dernier, ils (les défenseurs du maire du District) sont montés au créneau pour dénoncer la sortie du procureur. Pour les avocats M. Sangaré, il s’agit là d’une attitude qui « procède d’une désinformation de la communauté nationale et internationale, en ce qu’il tend d’une part, à stigmatiser des personnes présumées innocents, et d’autre part, en ce qu’il constitue une violation manifeste du secret de l’instruction».

Aussi, les avocat du maire du District exigent le respect des principes cardinaux de la présomption d’innocence et du secret de l’information. Occasion saisie par eux pour prendre à témoin l’opinion publique nationale et internationale sur « les graves violations des droits de la défense, du droit à un procès équitable, du sacrosaint principe de la présomption d’innocence, entre autres ».

Dans leur communiqué, les avocats de Adama Sangaré indiquent également que celui du procureur Kassogué procède d’une « désinformation de la communauté nationale et internationale, en ce qu’il tend d’une part à stigmatiser des personnes présumées innocentes, et d’autre part, en ce qu’il constitue une violation manifeste du secret de l’information ».

Enfin, le pool des avocats du maire du District de Bamako, exige le respect des principes cardinaux de la présomption d’innocence et du respect du secret de l’information, gages d’un procès équitable .

Mohamed Sylla

Source: L'Aube

Commentez avec facebook