Mardi 19 Novembre 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Lutte contre la corruption et la délinquance financière : 5 personnes, dont le sous-préfet de Kati et le maire de Baguineda, à la MCA de Bamako !

Le parquet du tribunal de grande instance de la commune III du district de Bamako, sous la conduite du Procureur Mamoudou Kassogué, continue son combat contre la corruption.

Hier, jeudi 17 octobre 2019, 5 personnes, dont le sous-préfet de Kati, Arouna Diarra et le maire de Baguinda, Salia Diarra, ont été écroués à la Maison centrale d’arrêt de Bamako–Coura. Ils ont été placés sous mandat de dépôt par le juge d’instruction du 5e cabinet du pôle économique, selon notre source.

Les lignes bougent. Oui, elles bougent très bien en ce qui concerne la lutte contre la corruption et la délinquance financière. Cette fois-ci, les rapports du vérificateur général ne resteront pas classés dans les tiroirs des bureaux climatisés de la justice malienne. Après l’affaire Bakary Togola, le procureur Kassogué et ses éléments passent à la vitesse supérieure.

Hier, jeudi 17 octobre 2019, le sous-préfet de Kati, Harouna Diarra ; le maire de la commune de Baguineda Camp, Salia Diarra ; le Régisseur de dépenses de la même mairie, Yaya Traoré ; le Régisseur de recettes ; et Mahamadou Samaké, le 3e adjoint au maire sortant, ont été interpellé au Pôle économique et financier pour des affaires de détournement de denier public.

Selon notre source, après des interrogations par le juge d’instruction du 5e cabinet du parquet du Pôle économique et financier du district de Bamako, ces personnes précitées ont été placées sous mandat de dépôt à la Maison centrale d’arrêt de Bamako.

Selon certaines sources, ces personnalités auraient été interpellées pour détournement de 197 millions de francs CFA.

Mais il est important de rappeler que la mairie de Baguineda-camp a été épinglée par le Rapport 2018 du vérificateur général. Selon ledit rapport, dans la Commune rurale de Baguinéda-Camp, les irrégularités portent sur des recettes non collectées ou non reversées et les achats.

Il a été constaté que les Agents de la Commune rurale perçoivent des recettes en lieu et place du Régisseur. Ainsi, les recettes issues des frais sur les réquisitions sont perçues par le Secrétaire général en lieu et place du Régisseur de recettes depuis 2014 sans délivrance de quittances et sans trace d’enregistrements.

Il en est de même pour les frais d’extraits d’actes de naissance, de mariage et de frais de légalisation de documents administratifs qui sont également perçus par les Agents chargés de l’état civil. Ici, les pertes financières sont estimées à plus 529 millions FCFA.

À suivre

Boureima Guindo

Source: Le Pays

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Coup d'gueule

Moussa Sinko Coulibaly : « IBK se moque des Maliens »

« Discours totalement vide et insipide de ibk à l'Ortm. Sans hauteur ni volume. Aucune émotion... Ibk se moque des maliens. Ce pays est foutu à jamais  avec un président pareil à sa tête. Je pensais qu'il allait présenter des excuses aux maliens et démissionner. Je suis profondément déçu mais pas surpris ».

Blog

Youssouf Sissoko à propos de la lutte contre la corruption : « Le Mali est à la croisée des chemins »

« Le Ministre de la justice garde des sceaux, Malick Coulibaly, le Procureur Général chargé des pôles économiques et financiers, Mamadou Kassogué, le Président de la PCC le Professeur Clément Dembélé et celui des APM, Me Mohamed Ali Bathily, constituent le quatuor qui empêche les bandits à col blancs, les délinquants financiers de tourner en rond.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Recyclage des déchets: la très très démocratique République est en avance...

18 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Partie 1] Gestion des déchets en Afrique: quelles solutions?

18 Novembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2019