Mardi 19 Novembre 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Stratégie nationale de l’état-civil : Améliorer la performance de notre système d’enregistrement

La SNEC est assortie d’un plan d’actions avec un budget de mise en œuvre qui s’élève à 48,5 milliards F cfa, pour une période de 5 ans.

Le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Boubacar Alpha Bah a présidé, vendredi dernier, l’atelier de lancement de la Stratégie nationale de l’état civil (SNEC) de la République du Mali, dans un hôtel de la place.

L’évènement a enregistré la présence de l’ambassadeur de l’Union européenne au Mali, Bart Ouvry, du directeur national de l’état-civil, Dr Abdoulalye Alkadi et un parterre de participants. Au cours de cet atelier d’une journée, il a été procédé à une présentation de la SNEC et à une proposition de répartition des responsabilités quant à sa mise en œuvre opérationnelle.

La SNEC vise à améliorer la performance du système d’enregistrement des faits d’état-civil comme moyen d’assurer l’exercice de la citoyenneté formelle, la sécurité juridique du citoyen, la paix et la stabilité, la reconnaissance du statut et des droits humains en général, dont ceux des femmes et enfants.

Il s’agit aussi de produire des statistiques sociodémographiques utiles à la planification des politiques et programmes de développement. Ainsi, l’ambassadeur de l’Union européenne au Mali a salué la décision du gouvernement de lancer cette stratégie.

« L’Union européenne, comme tous les autres partenaires, appuie la SNEC qui permettra au Mali de moderniser son système d’état-civil. Notre engagement commun a été de soutenir son élaboration, que nous continuerons à accompagner dans sa mise en œuvre », a soutenu Bart Ouvry.

Pour sa part, le ministre l’Administration territoriale et de la Décentralisation a fait savoir que la SNEC est assortie d’un plan d’actions avec un budget de mise en œuvre qui se chiffre à 48,5 milliards de F cfa, pour une période de 5 ans.

Ainsi, le ministre Bah a indiqué que la participation de l’Etat est estimée à 21,8 milliards soit 45% du montant total. La contribution attendue des partenaires techniques et financiers s’élève à 26,6 milliards Fcfa soit 55%.

« On ne finira pas d’énumérer les droits et avantages liés à un système performant d’état-civil », a déclaré le chef du département en charge de l’Administration territoriale, ajoutant que chaque période charnière de la vie d’une personne, comme la naissance, le mariage, le décès, est attaché des droits que seul l’enregistrement officiel peut faire valoir.

Pour le ministre, une bonne connaissance de la société dans toute sa diversité permet à l’Etat de mettre en place tous les filets sociaux utiles et ainsi de jouer à plein son rôle de protecteur du citoyen. «Telle est la quête permanente des autorités nationales depuis les premières heures de l’accession de notre pays à l’indépendance », a-t-il souligné.

Boubacar Alpha Bah rappellera que dans cette dynamique, notre pays a engagé entre 2015 et 2016 une évaluation complète de son système de gestion de l’état-civil avec la ferme volonté d’identifier ses forces, mais aussi et surtout de mettre en exergue ses faiblesses en vue d’entreprendre la modernisation du secteur. C’est dans ce cadre, a-t-il précisé, que la SNEC a été adoptée en 2018.

Babba B. COULIBALY

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Coup d'gueule

Moussa Sinko Coulibaly : « IBK se moque des Maliens »

« Discours totalement vide et insipide de ibk à l'Ortm. Sans hauteur ni volume. Aucune émotion... Ibk se moque des maliens. Ce pays est foutu à jamais  avec un président pareil à sa tête. Je pensais qu'il allait présenter des excuses aux maliens et démissionner. Je suis profondément déçu mais pas surpris ».

Blog

Youssouf Sissoko à propos de la lutte contre la corruption : « Le Mali est à la croisée des chemins »

« Le Ministre de la justice garde des sceaux, Malick Coulibaly, le Procureur Général chargé des pôles économiques et financiers, Mamadou Kassogué, le Président de la PCC le Professeur Clément Dembélé et celui des APM, Me Mohamed Ali Bathily, constituent le quatuor qui empêche les bandits à col blancs, les délinquants financiers de tourner en rond.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Recyclage des déchets: la très très démocratique République est en avance...

18 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Partie 1] Gestion des déchets en Afrique: quelles solutions?

18 Novembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2019