Enfants et médias : L’AMAP ET L’UNICEF SE DONNENT LA MAIN

Publié le 16 juillet
Source : L'ESSOR

Le but du partenariat est de promouvoir le droit des enfants en leur assurant une plus grande place dans les médias

«Le journalisme sensible aux enfants et au genre». C’est le thème d’un atelier national de quatre jours, initié par l’Agence malienne de presse et de publicité (Amap), en collaboration avec l’Unicef.

La cérémonie d’ouverture de cette session de formation a réuni, hier, autour du ministre de la Communication, chargé des Relations avec les institutions et Porte-parole du gouvernement, Yaya Sangaré, le directeur général de l’Amap, Bréhima Touré et la représentante du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) au Mali, Lucia Elmi. C’était dans la salle de conférence de l’Amap, en présence du directeur de la Radio nationale du Mali, Mahamadou Koné, représentant le directeur général de l’ORTM et, de Chaka Coulibaly et Mamoudou Bocoum, respectivement représentants de l’Association pour la promotion des jeunes et enfants communicants du Mali (APJEC) et de l’Union des radiodiffusions et télévisions libres du Mali (Urtel).

Dans le cadre de la première session, durant deux jours, la cinquantaine de journalistes, venus de Bamako et de l’intérieur du pays, se familiariseront avec des textes se rapportant à la thématique choisie. Il s’agit de la Convention internationale des droits de l’enfant, de la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant, du Droit national malien, de l’éthique de la déontologie du journaliste au Mali, de la Charte des professionnels maliens des médias pour la protection des droits des enfants. La session deuxième du genre durera aussi deux jours et concernera surtout les correspondants régionaux de l’Amap. Cette session vise à les outiller pour un coaching des journalistes en herbe qu’ils seront chargés de superviser dans le cadre du projet « Enfants et Médias au Mali ». L’objectif de ce projet est de faire connaître les avis, préoccupations et suggestions des enfants sur leur situation propre à travers les médias. Pour ce faire, des enfants, sélectionnés à cet effet, seront initiés à l’écriture journalistique, afin de les préparer à un concours de journalisme pour enfants qui sera organisé dans certaines Académies d’enseignement du Mali. Les productions seront primées et publiées à travers le réseau de médias qui sont représentés à cette formation. Intervenant à l’ouverture, le ministre de la Communication, chargé des Relations avec les institutions et Porte-parole du gouvernement a rappelé que le journalisme sensible au genre ne consiste pas seulement à éviter les productions négatives ou stéréotypées sur les enfants. C’est aussi, a insisté Yaya Sangaré, travailler sur les couches les plus vulnérables de la société, notamment les enfants. Le vrai défi est, selon lui, de savoir comment promouvoir les droits des enfants en leur assurant une plus grande place dans nos médias. Pour ce faire, il a assuré que sa structure accordera une attention particulière à la mise en œuvre de ce projet, invitant par la même occasion les initiateurs à sensibiliser davantage le public et les autorités sur la situation des enfants dans notre pays, à laquelle le président de la République et son épouse, accordent une importance toute particulière, a insisté le ministre Sangaré qui a invité les participants à apprendre, aux enfants qui seront formés à termes, l’écriture journalistique et comment se faire entendre dans l’espace médiatique malien. A ce sujet, la représentante de l’Unicef dira que son organisation croit au rôle critique des médias sur la question des enfants. Pour Lucia Elmi, les médias peuvent positivement jouer en faveur de l’atteinte des résultats concernant les droits à la survie, à une éducation de qualité et à une protection contre toutes les autres formes de violences. Ce rôle ne peut être, pense-t-elle, accompli qu’avec un journalisme qui accorde aux enfants tout l’espace qu’ils méritent dans les médias. Ce qui est d’ailleurs, a précisé Lucia Elmi, le but de cet atelier qui entend contribuer au renforcement d’un paysage médiatique sensible aux enfants et qui met en lumière leur immense potentiel. La signature d’une convention tripartite entre l’Unicef, l’Amap et l’APJEC a sanctionné cette cérémonie d’ouverture. Ce protocole vise, selon le directeur de l’Amap, à promouvoir les droits des enfants dans les médias. Cela, en leur donnant la possibilité de s’exprimer davantage sur leur situation propre, a précisé Bréhima Touré, rassurant les partenaires que l’Amap fera tout son possible pour la réussite du projet commun.

A. B. M

Source : L’ESSOR

Commentez avec facebook