Jeudi 05 Décembre 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Place de la justice dans la réconciliation nationale : Le respect des droits des victimes sur la table

Formuler des recommandations allant dans le sens d’un processus inclusif et respectueux des droits des victimes était l’une des attentes d’un atelier organisé par l’Association malienne des droits de l’Homme (AMDH) et ses partenaires, les 9 et 10 juillet à l’Escale Gourmande.

La cérémonie d’ouverture était présidée par le ministre de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation nationale, Lassine Bouaré.

Placé sous le thème « Justice et réconciliation au Mali, quelles articulations pour un projet de société de paix construit de manière participative ?», cet atelier visait à approfondir davantage la réflexion autour de la place de la justice dans la paix et dans la réconciliation nationale et de l’importance d’un processus de paix inclusif avec notamment la prise en compte du genre. Il s’agissait ainsi de faire l’état de lieux du processus de réconciliation nationale au Mali.

Cet atelier, selon le président de l’AMDH, Me Moctar Mariko, est le fruit de deux projets à savoir « Haoua : Alliances et sonorité des defensseur.e.s des droits Humains pour la défense et la promotion des droits des femmes au Mali et en Algérie». Cette mobilisation nationale et internationale, dit-il, témoigne de la volonté et l’abnégation de tous à contribuer à la cohésion sociale au Mali. «L’AMDH est mobilisée depuis 2012 pour contribuer à une sortie de crise respectueuse des droits humains, à travers des actions de lutte contre l’impunité qui est un véritable levier pour éviter la non récurrence des conflits.

L’AMDH est, toutefois, consciente qu’en complémentarité avec la justice, d’autres mécanismes peuvent contribuer à asseoir une véritable réconciliation. Les dimensions et la complexité de certains conflits méritent un traitement spécial. Certes, des efforts importants ont été consentis par le gouvernement, les partenaires internationaux et la société civile, mais beaucoup reste à faire. Nous saluons le travail de la CVJR, des équipes locales de réconciliation, du comite des sanctions, de la commission d’enquête internationale», a déclaré le Président de l’AMDH. Me Mariko s’est également réjoui de l’adoption de la loi visant à élargir la compétence du pôle judiciaire spécialisé de lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée.

Le ministre de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation nationale, Lassine Bouaré, a souligné la volonté du gouvernement à trouver une solution durable sur le retour de la paix et la réconciliation nationale. «Cette initiative vient à point nommé car la crise déclenchée en 2002 a profondément affecté le tissu social dans notre pays avec comme conséquence l’effritement de certaines relations intercommunautaires, elle a également affecté l’état de droit au Mali et c’est pourquoi le gouvernement s’est engagé à y trouver des solutions durables». Le ministre Bouaré a rappelé la mise en place de la Commission vérité justice et réconciliation pour mener des enquêtes sur les cas de violations de droits de l’homme et examiner les causes des épisodes de violences qu’a connus le pays depuis 1960.

Bintou Diarra

Source: Le Challenger

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Coup d'gueule

Dr Charles Dara à propos de la Dengue : « c’est une maladie contagieuse ! »

Infection virale transmise par la piqûre d’un moustique, la « Dengue » sévit depuis début octobre dans les ménages au point que le département de la santé semble en prendre la mesure et dégainer des astuces préventives et surtout des conduites à tenir.  

Lire la suite

 

Blog

Ibrahim Ikassa Maiga, Enseignant à la Faculté de Droit Privé (USJP/Bamako – Mali) : « Comment comprendre qu’avec cette superpuissante ou hyperpuissante force française militaire, aucun secours ne vient aux soldats maliens »

« Monsieur l’Ambassadeur de France à Bamako,

C’est avec force indignation que je vous ai lu, au fil d’un communiqué faisant état de votre prétendu « étonnement » à propos du secret de polichinelle dont le Très Respecté Salif KEITA s’est fait porteur à l’intention du Président IBK.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Ingérence extérieure

04 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Alassane Ouattara: vers un troisième mandat?

05 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2019