Jeudi 04 Juin 2020
Banniere SAma Money

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Massacres interethniques au Mali : la France responsable d’un nouveau Rwanda

Par R. Mahmoudi – La situation au Mali tourne à la guerre civile. Loin d’avoir défait les groupes djihadistes qui infestent le nord, l’armée malienne, appuyée par les unités de l’armée française et des forces internationales, se voit confrontée à la montée d’une guerre ethnique entre deux communautés : les Dogons et les Peuls, qui rappelle les génocides du Rwanda entre Hutus et Tutsis en 1994. Et comme au Rwanda, l’intervention française est indirectement à l’origine de cette dérive dangereuse qui menace la cohésion d’un pays.

Près d’une centaine de personnes ont péri dans la nuit de dimanche à lundi lors de l’attaque d’un village dogon dans le centre du Mali. Ce massacre intervient après le meurtre de plus de 130 Peuls, en mars dernier, dans un autre village de la région, rapporte l’agence AFP.

Ce village Dogon, qui comptait 300 habitants, a été «quasiment rasé», d’après une source sécuritaire. «Des hommes armés sont venus tirer, piller et brûler. C’est vraiment la désolation.» Les autorités maliennes craignaient le pire, c’est-à-dire l’enquête désigne des milices de l’ethnie peule comme les responsables. Auquel cas, il faudrait s’attendre à «un cercle infernal de vengeance».

Ce massacre fait suite à une série d’attaques meurtrières entre les deux communautés établies dans la même région. Le 24 mars, 134 civils peuls dans le village d’Ogassagou avaient été tués par un groupe de chasseurs dogons. Cette tuerie arrivait après une première attaque meurtrière qui avait touché 39 Peuls dans un village voisin, le 1er janvier.

Cet engrenage interethnique semble encouragé par l’irruption de la Katiba Macina, un mouvement djihadiste dirigé par Amadoun Koufa qui recrute essentiellement parmi les Peuls. Ce qui prouve, au passage, que les groupes islamistes armés, qu’on disait asphyxiés et circonscrits dans certaines poches du nord du pays, se redéployent très facilement dans tout le Mali.

Cet activisme a stimulé les frictions traditionnelles entre les Peuls, éleveurs, et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l’agriculture. Ces dernières, se disant menacées, ont à leur tour créé leurs «groupes d’autodéfense». A cela s’ajoute la prolifération des armes de guerre au Mali, autre conséquence de la guerre ratée contre le terrorisme.

Source: algeriepatriotique.com

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Alassane Diop aux 147 députés élus : « C’est le temps de l’intolérance face à l’irresponsabilité démocratique ».

« Lettre ouverte aux députés

Chers  élus du peuple,

Ceci est un appel au sursaut citoyen !

Lire la suite

Liberté immédiate pour Ignace

RSF se joint à plus de 120 médias et journalistes d’Afrique de l’Ouest pour demander la libération d’Ignace Sossou

Deux mois et demi après son arrestation et sa condamnation à 18 mois de prison ferme

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

L'argent du peuple

04 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] CAN 2021 : à quand une décision ?

04 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2020