Mardi 18 Juin 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Massacres interethniques au Mali : la France responsable d’un nouveau Rwanda

Par R. Mahmoudi – La situation au Mali tourne à la guerre civile. Loin d’avoir défait les groupes djihadistes qui infestent le nord, l’armée malienne, appuyée par les unités de l’armée française et des forces internationales, se voit confrontée à la montée d’une guerre ethnique entre deux communautés : les Dogons et les Peuls, qui rappelle les génocides du Rwanda entre Hutus et Tutsis en 1994. Et comme au Rwanda, l’intervention française est indirectement à l’origine de cette dérive dangereuse qui menace la cohésion d’un pays.

Près d’une centaine de personnes ont péri dans la nuit de dimanche à lundi lors de l’attaque d’un village dogon dans le centre du Mali. Ce massacre intervient après le meurtre de plus de 130 Peuls, en mars dernier, dans un autre village de la région, rapporte l’agence AFP.

Ce village Dogon, qui comptait 300 habitants, a été «quasiment rasé», d’après une source sécuritaire. «Des hommes armés sont venus tirer, piller et brûler. C’est vraiment la désolation.» Les autorités maliennes craignaient le pire, c’est-à-dire l’enquête désigne des milices de l’ethnie peule comme les responsables. Auquel cas, il faudrait s’attendre à «un cercle infernal de vengeance».

Ce massacre fait suite à une série d’attaques meurtrières entre les deux communautés établies dans la même région. Le 24 mars, 134 civils peuls dans le village d’Ogassagou avaient été tués par un groupe de chasseurs dogons. Cette tuerie arrivait après une première attaque meurtrière qui avait touché 39 Peuls dans un village voisin, le 1er janvier.

Cet engrenage interethnique semble encouragé par l’irruption de la Katiba Macina, un mouvement djihadiste dirigé par Amadoun Koufa qui recrute essentiellement parmi les Peuls. Ce qui prouve, au passage, que les groupes islamistes armés, qu’on disait asphyxiés et circonscrits dans certaines poches du nord du pays, se redéployent très facilement dans tout le Mali.

Cet activisme a stimulé les frictions traditionnelles entre les Peuls, éleveurs, et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l’agriculture. Ces dernières, se disant menacées, ont à leur tour créé leurs «groupes d’autodéfense». A cela s’ajoute la prolifération des armes de guerre au Mali, autre conséquence de la guerre ratée contre le terrorisme.

Source: algeriepatriotique.com

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Coup d'gueule

Modibo Fofana, président de Appel Mali : « Appel Mali ne se reconnait pas dans les publications ne respectant pas l’éthique et la déontologie »

Communiqué APPEL Mali

L’Association des Professionnels de la Presse en Ligne au Mali (APPEL Mali) constate avec regret des dérives sur certains sites d’information.

Ces medias en ligne, pour la plus part  non encore enregistrés dans le  registre officiel de Appel Mali, travaillent dans l’amateurisme total, en faisant fi de toutes règles d’éthique et de déontologie édictées par la profession.

Lire la suite

Blog

 Dr Aboubacar Sidiki au ministre Malick Coulibaly : « bâtir une nouvelle justice à l’image d’un Etat sérieux. Il y va de votre crédibilité et de votre notoriété. 

« Cher Collègue, 

Je vous écris avec le visage d'un dieu Janus : l’un est admiratif et l’autre ne l’est pas. Il est admiratif puisque vous aviez par le passé pu faire tâche d’huile quand vous occupâtes le ministère de la justice sous la transition et initiâtes le projet de loi de lutte contre l’enrichissement illicite.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Rififi dans la cour de récré

17 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

 [Vos réactions] CAN 2019: J-5

17 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2019