Lundi 18 Mars 2019
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Grèves à répétition: Et si le gouvernement revoit sa stratégie de dialogue

En l’absence de dialogue permanent, le gouvernement peine à faire fléchir les syndicats. C’est le triste constat avec la multiplication des grèves.

Depuis le début du second mandat du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, les grèves se succèdent causant des manques à gagner pour l’Etat. Pour une bonne gestion des crises sociales, le gouvernement doit revoir sa stratégie de dialogue qui a consisté, jusqu’ici, à laisser la situation se détériorer avant d’engager d’hypothétiques négociations avec les syndicats.

Des magistrats à l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), en passant par les enseignants, les grèves s’enchaînent depuis le début du second mandat d’IBK à la tête du Mali. Mais à chaque fois, la stratégie de dialogue du gouvernement semble être de laisser la situation se détériorer avant d’engager d’hypothétiques négociations avec les syndicats. Le dernier cas en date est celui de l’union nationale des travailleurs du Mali (UNTM). Selon Yacouba Katilé,  secrétaire général de l’UNTM, c’est dix huit jours après le dépôt de leur préavis de grève que le gouvernement a ouvert les discussions, c’est-à-dire à moins de 48h avant le début de la grève de 72h qui a commencé depuis hier mercredi. Même s’il est impossible pour le gouvernement d’éviter toutes les grèves dans le pays, sa stratégie concernant la gestion des grèves ne fait que causer des manques à gagner pour l’Etat et nuire à son propre image. Il est évident que la conférence sociale prévue pour le 19 janvier 2019, sur laquelle le gouvernement fonde tous ses espoirs, ne pourra pas résoudre tous les problèmes sociaux du Mali.

Pour une bonne gestion des crises sociales, le gouvernement ne doit-il pas revoir sa stratégie de dialogue ? Pour nombreux d’observateurs, il faut plus le bras de fer afin de gérer la confiance les acteurs sociaux.  Quelles que soient la situation financière du pays et les revendications des syndicats, le gouvernement se doit de privilégier à temps des rencontres en vue de déclencher des véritables discussions.

Ce qui permettra, à coup sûr, d’éviter certaines grèves. Pourtant, la méthode en cours ressemble plus à un dialogue de sourds.

Abdrahamane Diamouténé

Source : L'Indicateur du Renouveau 10 Jan 2019

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Prix Oumar Diallo 2019 : Mariam et Abdrahamane raflent la mise

L’espace culturel « La Gare » sise au Centre commercial de Bamako a abrité ce mercredi 27 février la cérémonie de remise de la 3ème édition du Prix Oumar Diallo

Lire la suite

Blog

Le Pape François à Abou Dhabi : « Non à la guerre, aux extrémismes et à l’utilisation du Nom de Dieu pour tuer ».

Le pape venait de prononcer son discours d’Abou Dhabi pour le sommet interreligieux pour la paix qu’il a conclu par la signature d’une « Déclaration sur la Fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune » dans laquelle il est aussi question de liberté et de la dignité de la femme et des enfants.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Tout a un prix même un député

18 Mars 


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Felix Tshisekedi: de la parole aux actes?

18 Mars

© Dépêches du Mali 2012 - 2019