Dimanche 18 Novembre 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Transport ferroviaire : SOUMANA MORY COULIBALY PROMET DE FAIRE REDÉMARRER LE TRAIN

Le ministre des Transports, Soumana Mory Coulibaly, a visité hier les emprises du chemin de fer qui sont aujourd’hui envahies par certaines personnes.

La visite a débuté à la gare ferroviaire de Bamako pour prendre fin au dépôt de Korofina Sud en commune I. Le ministre a pu constater l’état d’agression du domaine ferroviaire par des gens qui n’ont aucun respect envers la loi.

«Nous avons reçu instruction des plus hautes autorités de la République de faire siffler le train à nouveau de Dakar jusqu’à Bamako. Les dispositions seront prises dans ce sens, et dès le 19 novembre, nous allons partir de Bamako jusqu’à Diboly pour voir quelles sont les difficultés.

Nous allons faire tout le travail nécessaire pour que viennent les motrices afin que le trafic voyageurs et celui des  marchandises reprennent», a expliqué le ministre des Transports.

«Les consommateurs souffrent depuis que le train ne circule plus parce que  les marchandises transportées par le train sont moins coûteuses que celles transportées par les camions. Le train est le moyen de transport le plus sûr et le moins cher. L es consommateurs réclament que l’Etat s’assume pour remettre le train en marche», a-t-il souligné.

Le ministre des Transports et ses collaborateurs vont ainsi inspecter les rails de Bamako jusqu’à Diboly pour connaitre l’état des rails, avant de mettre les rames en marche. Soumana Mory Coulibaly a fait savoir que de Bamako à Koulikoro, le patrimoine foncier du ferroviaire, évalué à plus de 60 milliards de Fcfa, est aujourd’hui envahi par les gens qui ont construit des magasins et des kiosques. Il a aussi donné l’assurance que  les dispositions vont être prises pour que ces domaines reviennent à la régie du chemin de fer.

«Le train ira de Dakar jusqu’à Koulikoro, tout bâtiment construit à 15m de part et d’autre des rails sera détruit sans indemnisation. Les documents sont là, ces rails ont été posés depuis 1924. Nous allons reprendre le tracé initial pour faire déguerpir les gens. L’Etat s’assumera par rapport à ça. Nous  recenserons tous les patrimoines ferroviaires et nous trouverons les moyens de les valoriser dans l’intérêt des travailleurs de la régie du chemin de fer», a indiqué le ministre des Transports.

Il a par ailleurs assuré les cheminots que le gouvernement jouera toute sa partition pour payer leurs arriérés de salaires. «Nous serons à zéro franc en arriéré pour les travailleurs, ce n’est qu’une question de moyens et l’Etat malien a aujourd’hui les moyens de faire redémarrer le train», a-t-il ajouté

Le secrétaire général du syndicat libre des travailleurs du rail a indiqué que cette visite était un espoir pour les cheminots. «Nous apprécions cette visite et nous sommes engagés pour la relance rapide du chemin de fer dans l’intérêt de la population riveraine des rails et dans l’intérêt des opérateurs économiques du pays», a dit Moussa Keita.

Amadou GUÉGUÉRÉ

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Issa N’Diaye à propos de la démocratie au Mali : « Le système électoral malien souffre d'un problème de légitimité »

Blog

 

Cheick Boucadry Traoré : « La gouvernance malienne est en crise.

… Une décentralisation inefficace, coercitive et non démocratique »

« Notre conviction est qu’il faut transformer le Mali au niveau de ses structures politiques et sociales artificiellement édifiées dans l’intérêt d’une classe politique corrompue et capricieuse et une soi-disant communauté internationale qui continue à traumatiser notre pays

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

B comme base

16 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

16 Novembre

 

 

© Dépêches du Mali 2012 - 2018