Jeudi 18 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

15ème Journée du bon élève : LE MESSAGE DU CHEF DE L’ÉTAT AUX «BRILLANTS ESPRITS»

Au nombre de 106, ces excellents élèves et étudiants viennent de l’ensemble des localités du Mali. Ils sont issus de l’éducation spéciale, des enseignements fondamental, secondaire général, technique et professionnel, des Instituts de formation des maîtres, et de l’enseignement supérieur.

Excellence, mérite, reconnaissance du travail bien fait étaient les maîtres-mots qui ont marqué, samedi dernier, dans la salle des Banquets à Koulouba, la cérémonie de la 15ème journée du bon élève, placée sous la présidence du chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keïta. C’était en présence d’un parterre de personnalités constitué de présidents d’institutions de la République, de ministres, de responsables du monde éducatif, de diplomates, de partenaires techniques et financiers, d’enseignants et des lauréats. Le choix du thème : «Ensemble, pour une éducation équitable, inclusive et de qualité pour tous« retenu pour cette 15ème édition en dit long certainement sur la volonté des plus hautes autorités de faire de l‘éducation le socle essentiel du développement de notre pays.

Au nombre de 106, ces excellents élèves et étudiants viennent de l’ensemble des localités du Mali. Ils sont issus de l’éducation spéciale, des enseignements fondamental, secondaire général, technique et professionnel, des Instituts de formation des maîtres, et de l’enseignement supérieur. Ces «brillants esprits» ont été sélectionnés, en ce qui concerne les lauréats classiques, sur la base  de la performance aux examens scolaires ou académiques. Cependant, des éléments comme le genre et l’inclusivité ont été aussi  pris en compte. Ces lauréats sont les premiers, soit sur le plan national, soit sur le plan académie d’enseignement. A ces lauréats, le ministère de l’Education nationale a jugé nécessaire de joindre les trois groupes de robotique qui ont représenté le Mali à des compétitions de très haut niveau en 2017 et 2018.

Dans son intervention, le ministre de l’Education nationale a rappelé que ces «excellents« ont fait l’expérience du traditionnel Camp national d’excellence des élèves et étudiants dont la cérémonie de samedi constituait le couronnement. Pendant 25 jours, a informé Pr Abinou Témé, ils ont bénéficié des activités de renforcement de leurs acquis scolaires. Ainsi, a poursuivi le ministre, ces lauréats ont pu être outillés dans les domaines du secourisme, des technologies de l’information et de la communication, de la prévention et de la lutte contre le paludisme, de la connaissance de la rage, et en matière de sécurité routière. Ils ont pu découvrir d’importants lieux d’expérimentation scientifique comme l’Institut d’économie rurale de Sotuba, la Cité universitaire de Kabala, les ateliers de l’ECICA et du CFP, le barrage de Sélingué.

«Certes l’école malienne est confrontée à de multiples défis, mais cela ne nous a pas empêchés d’avoir eu une année scolaire qui s’est globalement bien déroulée. Notre école a toujours besoin que soient davantage cultivées et consolidées chez nos enfants les valeurs fortes de mérite, de l’effort et de la culture du travail bien fait, qui constituent des bases essentielles de la réussite et de la promotion sociale», a relevé Pr Abinou Témé, ajoutant qu’une jeunesse bien éduquée constitue une priorité aux yeux du président de la République.

Aussi, selon le ministre de l’Education nationale, dans la lettre de mission du chef de l’Etat, déclinant les grandes orientations de l’action gouvernementale, le développement du capital humain et de l’inclusion sociale constitue un axe important. Néanmoins, il estime que le développement du capital humain et de l’inclusion sociale ne pourrait se faire sans la formation de ressources humaines de qualité. Et le ministre de l’Education nationale de laisser entendre que c’est sur une école performante, levier de la promotion de cadres de qualité, que le Mali compte pour accélérer son développement. «Les plus hautes autorités de notre pays ont décidé de rehausser à hauteur de souhait la qualité de l’éducation et de la formation au niveau de tous les ordres d’enseignement afin que les fruits de ces structures soient compétitifs et acteurs du développement du pays. Notre pays compte sur vous pour avoir les bons cadres qui feront le Mali de demain», a insisté le ministre.

Cette intervention fut suivie par la séquence, empreinte à la fois de solennité et d’émotion, de remise de prix aux différents lauréats par différentes personnalités présentes. Outre une enveloppe de 25.000 FCFA remise à tous les lauréats, certains d’entre eux ont reçu des bicyclettes VTT, des ordinateurs, des Ipad.

De même, la remise du prix Pr Mamadou Lamine Traoré par le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, fut également un moment chargé d’émotion lors de la cérémonie. Avant de s’exprimer le chef de l’Etat a reçu des mains de la plus jeune lauréate, Mariétou Sadio Siby, un album photos-souvenir. Auparavant, le groupe Nyogolon a, dans un sketch, à la fois ludique et pédagogique, fortement contribué à faciliter la compréhension du thème de la journée du bon élève, mentionné plus haut.

Dans son intervention, le président de la République, dont la volonté de promouvoir l’excellence et le mérite est avérée, a indiqué que la cérémonie a été riche en enseignements, ayant du sens. Avant de rappeler que le Mali est pays d’accueil de l’autre, pays d’hospitalité, pays d’ouverture, pays de respect et de considération du savoir. «Mes chers enfants, quand on est héritier d’un tel pays, l’on doit chérir le savoir, pas de manière esthétique, mais parce que le savoir libère. On ne vous en imposera pas si vous savez, on ne vous donnera pas de complexe si vous savez. Vous serez un homme libre, débout allant allègrement dans le monde des hommes, respecté, considéré, parce qu’on sait que vous savez», a-t-il déclaré.

Dans nos cités, poursuit Ibrahim Boubacar Keïta, étaient considérés et respectés ceux qui détenaient le savoir. «Je vous assure que tout au long de mon parcours, qui commence à dater un peu, j’ai constamment eu comme modèles ces hommes qui m’ont formé, ces instituteurs de l’ancienne école, des modèles sociétaux», se souvient le président de la République.

IBK a aussi insisté sur le respect absolu du formateur, de l’enseignant, des pères et mères, des aînés et de tous ceux qui, dans la société, avaient mission collective, solidaire de former, d’aider. «C’est pour tout cela que nous avons cru devoir instituer ce moment, où nous nous retrouvons, les enfants, avec vous, autour de vous, pour refonder l’espérance en le retour à nos valeurs fondatrices, en des valeurs fondatrices de toutes civilisations vraies», a précisé le chef de l’Etat.

Par ailleurs, il s’est dit très heureux de voir la très grande jeunesse des lauréats et de voir la part de plus en plus prépondérante, importante que les filles prennent au progrès du savoir au Mali. «Et c’est pour tout ça que je n’ai eu aucun mérite de dire que ce mandat nouveau, cette nouvelle mission n’aurait pas de sens si nous ne la dédions à la jeunesse du Mali. Parce que, simplement l’avenir c’est vous, ce soir je vais bien dormir. Le chemin est bon, la conscience est désormais là, ancrée«, a confié Ibrahim Boubacar Keïta, qui a demandé aux jeunes de toujours garder l’esprit de compétitivité, avant de féliciter les encadreurs et les académies d’enseignement.

Massa SIDIBÉ

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La VAR aux élections

17 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara: un monument à sa mémoire

17 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018