Jeudi 18 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Affaire bérets rouges : A quand le procès d’Amadou Haya Sanogo ?

Les juridictions en charge de l’affaire dite des bérets rouges disparus le 30 avril 2012 ont rejeté le 26 janvier 2018 la demande de mise en liberté conditionnelle introduite par les avocats de Sanogo et ses seize co-accusés, à l’exception de deux d’entre eux qui ont été relâchés ou ont vu leur contrôle judiciaire s’assouplir. Le procès se fait toujours attendre.

Quelle est l’évolution du dossier dit des bérets rouges disparus le 30 avril 2012 ? C’est la question que se pose encore l’opinion publique nationale. En effet, depuis le renvoi du procès à Sikasso, le dossier n’a pas connu d’évolution significative. Seuls les généraux Ibrahim Dahirou Dembélé et Yamoussa Camara, tous les deux proches d’Amadou Haya Sanogo mais aussi ex-ministre de la Défense et des Anciens combattants, aux moments des faits, ont été mis en liberté conditionnelle “pour raisons de santé “, selon la chambre d’accusation.

L’autre prévenu, le général de division Ibrahima Dahirou Dembélé, chef d’état-major général des armées en 2012, était quant à lui sous contrôle judiciaire depuis trois ans. La justice a décidé de surseoir à cette mesure. Il est entièrement libre de ses mouvements. A la différence des autres prévenus, tous deux ne sont poursuivis que pour leur complicité présumée. Les charges qui pèsent sur Amadou Haya Sanogo et ses co-accusés relèvent de l’enlèvement de personne et l’assassinat.

Malgré l’appel de l’Association malienne des droits de l’Homme (AMDH) au gouvernement pour que “toutes les mesures soient prises” pour que les deux hommes comparaissent lors du procès, aucune précision n’est toujours faite sur l’affaire. Un procès qui se fait attendre. Il a été reporté sine die depuis plus de deux ans maintenant.

Bréhima Sogoba

Source : L'Indicateur du Renouveau 3 Oct 2018

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La VAR aux élections

17 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara: un monument à sa mémoire

17 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018