Mercredi 19 Juin 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

IBK hué par les Maliens de New York : Comment sera-t-il accueilli dans d’autres pays ?

Accompagné d’une délégation d’une cinquantaine de membres, le Président de la République s’est rendu à New York pour prendre part à la 73ième session de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Cette occasion fut mise à profit  par des Maliens des Etats Unis, certainement ceux de l’opposition, pour dénoncer à la face du monde le hold-up électoral qui a permis au Président malien d’avoir un second mandat.

Ce précédent va-t-il se répéter dans les pays à forte concentration de la diaspora malienne ?

Si, à l’intérieur du pays, des opposants sont souvent brutalisés, parfois embastillés, voire torturés pour avoir exprimé leur opinion, ailleurs leurs droits sont préservés. Comme c’est   le cas à New York, où en marge de la 73ième Assemblée Générale, des dizaines de Maliens ont pris d’assaut les portes donnant accès à l’hôtel Mariott Essex House, où s’était installé IBK, pour exprimer leur mécontentement de le voir encore à la tête du Mali, sur la base de la fraude électorale. Les manifestants n’ont été ni gazés, ni embastillés, encore moins interdits d’exprimer leurs opinions. Ils ont pendant une bonne vingtaine de minutes, chauffé à blanc la devanture du luxueux hôtel où logeait le Président IBK et sa très forte délégation que d’aucuns estimaient à 50 personnes. Cette manifestation, bien qu’elle n’ait eu aucune incidence sur l’agenda d’IBK, donnerait à coup sûr des idées à d’autres compatriotes, surtout dans les pays européens ou américains à forte présence d’immigrés maliens, pour dénoncer ce qu’ils ont en grande majorité qualifié de mascarade électorale. Tout porte à croire que sa prochaine visite en France ou en Espagne sera mouvementée, car nombreux sont les Maliens de ces deux pays  qui contestent encore sa réélection. Ils l’ont d’ailleurs fait savoir à plusieurs reprises à travers des marches et rassemblements de protestation.

Pour rappel, nombreux sont les Maliens de la diaspora qui ont voté pour les candidats de l’Opposition afin, disaient-ils, de sanctionner le bilan d’IBK. C’est pourquoi, ils croient  dur comme fer qu’il n’a pas gagné et, par conséquent, que c’est sur la base de la fraude qu’il se maintient au pouvoir. Alors, une autre équation, celle d’être acceptée par tous les Maliens   vient de s’ajouter aux nombreuses crises déjà latentes que le Président IBK doit résoudre.

En définitive, le début du dernier  quinquennat d’IBK ne semble pas être de tout repos, tant il fait l’objet d’attaques et de critiques de la part de ses opposants, mais aussi et surtout des couches socioprofessionnelles. Son salut ne pourrait venir que d’un dialogue sincère avec l’opposition afin d’aboutir à un minimum de consensus indispensable pour relever les immenses défis auxquels le pays est confronté. Sinon, à ce rythme tous les ingrédients risquent de s’accumuler pour un embrasement. Qu’à Dieu ne plaise.

Youssouf Sissoko

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Source : Inf@sept 1 Oct 2018

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Coup d'gueule

Modibo Fofana, président de Appel Mali : « Appel Mali ne se reconnait pas dans les publications ne respectant pas l’éthique et la déontologie »

Communiqué APPEL Mali

L’Association des Professionnels de la Presse en Ligne au Mali (APPEL Mali) constate avec regret des dérives sur certains sites d’information.

Ces medias en ligne, pour la plus part  non encore enregistrés dans le  registre officiel de Appel Mali, travaillent dans l’amateurisme total, en faisant fi de toutes règles d’éthique et de déontologie édictées par la profession.

Lire la suite

Blog

 Dr Aboubacar Sidiki au ministre Malick Coulibaly : « bâtir une nouvelle justice à l’image d’un Etat sérieux. Il y va de votre crédibilité et de votre notoriété. 

« Cher Collègue, 

Je vous écris avec le visage d'un dieu Janus : l’un est admiratif et l’autre ne l’est pas. Il est admiratif puisque vous aviez par le passé pu faire tâche d’huile quand vous occupâtes le ministère de la justice sous la transition et initiâtes le projet de loi de lutte contre l’enrichissement illicite.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Il y a une vie après le FMI

19 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

 [Vos réactions] Donald Trump, candidat à sa propre succession

19 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2019