Jeudi 18 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Second tour de la présidentielle : Lancement officiel de « l’Initiative IBK » doit partir

Lancé hier (9 août) à la Maison de la presse, « l’Initiative IBK doit partir » a rejeté les résultats proclamé par la Cour constitutionnelle et a appelé à faire partir IBK qui avait la confiance de tout le pays en 2013.

«Cinq ans après, les Maliens dans leur majorité écrasante sont unanimes sur un fait: le Président IBK n'a pas tenu ses promesses. Ce régime a lamentablement échoué sur tous les plans », a dénoncé Ibrahim Adiawiakoye, le coordinateur national de l’Initiative IBK doit partir.

Selon les membres de l’initiative, les Maliens ont porté largement leur confiance sur le candidat Ibrahim Boubacar Keïta, et à l'issue d'une élection à deux tours, celui-ci a été élu président de la République et investi le 04 septembre 2013 dans une liesse populaire. Des millions de Maliens ont donné leur voix au candidat IBK pour diverses raisons. Parmi celle-ci, on peut citer la résolution de la crise au nord, la lutte contre la corruption, le chômage des jeunes et l'accès à la santé pour tous.

Sous le mandat d’IBK, estiment-ils, le Mali a connu le népotisme dans sa forme la plus immorale avec une gestion familiale et clanique du pouvoir. « Un pouvoir marqué dès ses premières heures par l'achat d'un avion présidentiel à coût des milliards de nos francs alors qu'au Malawi la Présidente par intérim avait vendu l'avion de l'Etat pour acheter des denrées de premières nécessités pour faire face à une crise alimentaire que traversait ce pays en 2014, était déjà un message précurseur de ce qui allait suivre dans la gestion des finances publiques de l'Etat », a commenté Adiawiakoye.

Il a aussi dit que ce régime a brillé par la surfacturation dans tous les domaines même si le président IBK sait pertinemment que le pays vit sous perfusion économique internationale depuis 2012. « Avec IBK aucun secteur n'a été épargné par des longues périodes de grèves mais jusqu'à l'heure aucune des revendications n'a été satisfaite de façon claire et définitive. Sous IBK, les femmes des travailleurs de l'HUICOMA, les femmes engagées contre la violence faite contre leur genre, les jeunes manifestants ont été réprimés dans la violation flagrante de leur droit fondamental », a-t-il poursuivi.

L’Initiative IBK doit partir a déploré que pas plus tard que dans cette échéance électorale, on a assisté à la censure des réseaux sociaux, la fermeture de Renouveau FM alors que Birama Touré reste introuvable, à l'achat massif de conscience et la mise sur écoute de plusieurs citoyens maliens, instaurant du coup un Etat dictatorial. « L'Initiative IBK doit partir a été chassée le dimanche dernier 5 aout 2018 du Carrefour des jeunes, domaine de l'Etat, pour le motif fallacieux qu'un appel venu d’en haut nous interdit d'y tenir notre rencontre. Le jour suivant alors que nous étions à la Bourse du travail, deux cohortes du 1 er arrondissement ont été pointées devant l'entrée de la Bourse du travail. Cette situation a contribué à empêcher des centaines de citoyens de prendre part à notre deuxième grande rencontre », a déploré Adiawiakoye.

Les membres de l’initiative ont dénoncé l’impartialité de la Cour constitutionnelle dans le processus électoral en cours. « Nous avons la conviction que les résultats définitifs proclamés par la Cour constitutionnelle du Mali, le mercredi 8 aout 2018 ne reflètent pas le vote du peuple malien par conséquent nous les rejetons. Nous invitons le peuple malien à rester debout et uni pour faire face à un régime incarné par un homme, sa famille et son clan », a déclaré le coordinateur national.

Soumaila T. Diarra

Source : Le Républicain

Commentez avec facebook

Commentaires   

0 #1 garcia 12-08-2018 17:42
Témoignage ! Je m’appelle Garcia, je veux partager avec vous mon histoire. Il y a de cela 3 mois environ, c'était le calvaire dans mon foyer. Les disputes entre mon mari et moi se répétaient jusqu'au jour ou il quitta la maison. Suite à cela j'en ai parlé avec une amie qui m'a donné les coordonnés d'un Marabout HOUNON AZE à qui je devais m'expliquer. Comme j'aime beaucoup mon mari j'ai contacté cet Grand T’Homme envoyer par Dieu pour m’aider qui m'a promis de me le faire revenir à la maison. J'ai donc suivie ces conseils et également fait des rituels. Exactement 3 jours après,mon époux est revenu en me suppliant de lui pardonner pour tout ce qu'il a pu me fait,et bien sure on s'est réconcilié. Ce fut un véritable miracle dans ma vie,je vous conseille de faire comme moi. Je vous assure que vous trouveriez satisfaction ou résolution à vos problèmes. Pour cela voici ses coordonnées :
Téléphone ou whatsapp : +229 66 54 77 77
www.grand-marabout-mediumvoyance-retour-affectif.com
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Les routes au Gondwana

18 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Mali: un nouvel espoir de paix?

18 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018