Jeudi 18 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Oumar Mariko, président du parti SADI : « Tant que la machine de vol mise en place, ne sera pas démantelée, elle va donner les mêmes résultats »

Le parti SADI (Solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance) a organisé, hier mercredi 8 Août 2018, un grand meeting à la Bourse du travail.

Au cours de cette rencontre, le président du parti, Dr Oumar Mariko a déclaré que le vol de l’élection a été préparé dans la loi électorale récemment modifiée à l’Assemblée Nationale. « Il y a des gens qui pensent qu’au deuxième tour, on va faire ceux-ci ou on va faire cela. Tant que la machine de vol qui a été mise sur place, n’a pas été démantelée, elle va donner les mêmes résultats» a-t-il dit.

Ont pris part à la présente rencontre, plusieurs représentants des partis politiques et des associations dont Djiguiba Keïta dit PPR du Parena, Mamadou Awa Gassama de l’URD, Mohamed Youssouf Bathily dit Ras Bath et bien d’autres. « Pour le parti SADI, il n’y a pas eu d’élection, nous demandons à la Cour Constitutionnelle d’en tenir compte et d’annuler purement et simplement les résultats de cette élection qui font la honte de la République du Mali. » a dit Dr. Oumar Mariko à l’entame de ses propos. Avant de poursuivre qu’on ne doit pas parler de second tour, car il n’y a pas eu d’élection au premier tour. « Dans cette histoire de la démocratie malienne, ils veulent amener les gens vers une espèce d’irrationnel par l’émotionnel. Vous avez vu même quand les observateurs étrangers sont venus, à ma grande surprise ils se sont transformés en médiateur. Cela veut dire que chacun était conscient que quelque chose n’allait pas. » a-t-il indiqué.

L’observateur se transforme en médiateur

Pour le président du SADI, Oumar Mariko, le Mali ou encore l’Afrique ne peut pas continuer à choisir entre le mal et le pire. « Nous avons fait le combat en 1992 pour l’expression démocratique mais si les gens ne sont pas capables d’être auteurs de ce combat, de grâce qu’ils n’aillent pas infantiliser notre pays, notre continent aux yeux d’une Communauté internationale pour que l’on continue à crier qu’il n’y a qu’en Afrique qu’on peut faire ça. Non, il n’y a pas qu’en Afrique qu’on fait des choses comme ça et si c’est en Afrique qu’on fait des choses comme ça, il faut qu’on sache qu’ il y a des dignes fils en Afrique, des dignes fils au Mali qui sont en train de se battre pour que leurs voix portent, pour que nous soyons le pays de l’intelligence exprimée, pour que nous soyons le pays, pas de la médiocrité comme on nous a servi tous les jours. Vous avez vu, la communauté internationale s’est transformée même avant la fin de l’élection en médiateur. Ce qui à expliquer notre présence le samedi 28 juillet dernier à la primature alors que l’élection avait lieu le dimanche 29 juillet. Vous êtes venus pour observer mais subitement vous vous êtes rendus compte qu’il y a des problèmes et vous voulez arranger ces problèmes. » a déclaré M. Mariko.

Le vol préparé

Selon lui, cette rencontre a été organisée pour que les camarades militants et d’autres partenaires puissent assister le parti dans ses prises de position. « Il y a des gens qui pensent qu’au deuxième tour, on va faire ceux-ci ou on va faire cela. La machine de vol qui a été mise sur place, tant qu’elle n’a été démantelée, elle va donner les mêmes résultats. » a-t-il expliqué. Pour lui, au parti SADI, on ne se trompe pas, on ne se leurre pas, chacun est responsable et maître de son jeu, sa vision, sa stratégie. « Le parti SADI, pendant tout ce temps, à mener un combat solitaire mais un combat profitable pour le peuple. Déjà, à l’amorce de l’élection nous avons d’abord réagi contre le traitement discriminatoire au niveau de l’ORTM, nous avons aussi réagi contre la loi électorale qu’ils ont frauduleusement mise en place qu’ils ont fait voter dans l’indifférence des deux oppositions avec la complicité de la majorité. Nous avons porté plainte devant les tribunaux de la CEDEAO contre cette loi électorale et nous avons porté aussi plainte contre l’Etat pour avoir bloqué les aides aux partis politiques et même le salaire des députés. Dieu merci, nous avons fait ce combat pour le peuple malien et le peuple est en train de le comprendre progressivement. Maintenant, qu’il s’était engagé à faire la décision, on est venu le tromper avec de l’argent. Finalement, ils n’ont même pas refléter le fruit de leurs argents dans les urnes, ils se sont mis quelques part à gonfler les chiffes selon un algorithme et ils ont procédé aussi au bourrage dans les urnes et le bourrage dans les chiffres. » a-t-il conclu.

Moussa Dagnoko

Source: Le Républicain

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Les routes au Gondwana

18 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Mali: un nouvel espoir de paix?

18 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018