Jeudi 18 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Mohamed Ousmane Ag Mohamedoun, vice-président de CODEM : « Je défie n’importe quel juge constitutionnel de m’apporter la preuve qu’il y a eu une élection à Goundam »

Malgré la confirmation des résultats provisoires par la Cour constitutionnelle, les adversaires du président sortant continuent à dénoncer une fraude massive lors du 1er tour de l’élection présidentielle le 29 Juillet dernier.

Le vice-président du parti La Convergence pour le développement du Mali (Codem),  dont le  candidat à la présidentielle est arrivé 5e comme en 2013, « défie n’importe quel juge constitutionnel de m’apporter la preuve qu’il y a eu une élection,  notamment à Goundam».

La confirmation des résultats provisoires par la Cour constitutionnelle ne met pas fin aux accusations de fraude massive lors du 1er tour de l’élection présidentielle le 29 Juillet dernier. Le vice-président du parti La Convergence pour le développement du Mali (Codem),  dont le  candidat à la présidentielle est arrivé 5e comme en 2013, « défie n’importe quel juge constitutionnel de m’apporter la preuve qu’il y a eu une élection », notamment à Goundam.

En marge du meeting organisé mardi par 18 candidats, Originaire du nord du Mali, et par ailleurs président d’un groupe armée, Mohamed Ousmane Ag Mohamedoun a révélé ce qu’il considère comme un cas de fraude avérée dans une localité de la région de Tombouctou lors du scrutin du premier tour de la présidentielle. « Les urnes ont été bourrées à Goundam. Et je défis n’importe quel juge constitutionnel de m’apporter la preuve qu’il y a eu une élection », lance-t-il. Donc, la contestation continue.

Nabila

Source : L'Indicateur du Renouveau 9 Août 2018

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Les routes au Gondwana

18 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Mali: un nouvel espoir de paix?

18 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018