Samedi 17 Novembre 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Distribution des cartes d’électeur à Bamako : À UN RYTHME SOUTENU MALGRÉ QUELQUES ÉCUEILS

Le District de Bamako, à l’instar de toutes les localités de notre pays, plonge peu à peu dans la fièvre électorale. A quelques jours de l’ouverture officielle de la campagne électorale (le 7 juillet), l’heure est à la distribution des cartes d’électeur qui doit normalement se poursuivre jusqu’au 27 juillet prochain.

Un préalable à réussir, forcément. Le 20 juin dernier, cette opération a été lancée sur toute l’étendue du territoire national. Qu’en est-il deux semaines après ?

Nous sommes à Bamako-Coura, un vieux quartier populaire de la capitale. Pour faciliter le travail, le président du bureau n°25 de l’école Mamadou Konaté, Yoro Diallo, dit avoir réparti par nom de famille les cartes d’électeur. Ce qui permet la délivrance de la carte en deux minutes, assure-t-il. En outre, il a expliqué que pour retirer sa carte, l’électeur doit se présenter avec une des pièces suivantes : la carte d’identité nationale, la carte NINA, le permis de conduire ou le passeport. Après s’être fait identifié, l’électeur est guidé à l’intérieur par les délégués qui l’orientent vers un agent suivant son nom de famille, a poursuivi notre interlocuteur soulignant qu’une fois identifié après vérification de son nom sur la liste, l’électeur signe et reçoit sa carte.

L’électeur Oumar Dembélé témoigne en qualifiant le mode de travail de satisfaisant, rapide et bien organisé. Yoro Diallo a affirmé que son bureau a distribué plus de 2.000 sur 6.864 cartes, soit 200 cartes distribuées en moyenne par jour. Le délai limite est fixé au 27 juillet prochain, a rappelé Yoro Diallo avant de regretter la diminution de l’affluence et de pointer difficiles conditions de travail des délégués travailleraient sans rémunération. «Le travail commence à 9 heures et se termine à 17 heures. J’appelle les électeurs à venir retirer leurs cartes au plus vite», a-t-il lancé. Pour mieux s’organiser, Mme Camara Awa Traoré, présidente du centre de l’école fondamentale de Camp-Digue, en commune III du district de Bamako, a réparti le travail entre trois salles différentes et cela sur la base des noms de famille. Elle a affirmé que son centre a distribué 2.473 cartes d’électeurs sur 6.860 à distribuer.

Sur la rive droite, précisément à la sous-commission n°22 du Quartier Mali, le président Sounkary Diarra a indiqué que du début de l’opération, son centre a distribué, en moyenne 200 cartes par jour sur un total de 8.394 cartes à distribuer. Comme difficultés, le président Diarra a mentionné le fait que certaines personnes, dont les noms figurent sur la liste, n’ont pas trouvé leurs cartes d’électeur et vice versa. A la sous commission n°23 de Torokorobougou, c’était carrément l’arrêt à notre passage. Là, le président-adjoint, Ismailou Traoré, a expliqué que les membres de la commission étaient en grève pour toute la journée de mercredi. «Mais jeudi (aujourd’hui), ils reprendront le travail», a-t-il précisé en pointant le manque de rémunération. Pour notre interlocuteur, les «grévistes» souhaitent obtenir des garanties. Sur 13.757 cartes, seulement 3.422 y avaient été jusque-là réparties.

Amadou B. MAIGA

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Issa N’Diaye à propos de la démocratie au Mali : « Le système électoral malien souffre d'un problème de légitimité »

Blog

 

Cheick Boucadry Traoré : « La gouvernance malienne est en crise.

… Une décentralisation inefficace, coercitive et non démocratique »

« Notre conviction est qu’il faut transformer le Mali au niveau de ses structures politiques et sociales artificiellement édifiées dans l’intérêt d’une classe politique corrompue et capricieuse et une soi-disant communauté internationale qui continue à traumatiser notre pays

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

B comme base

16 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

16 Novembre

 

 

© Dépêches du Mali 2012 - 2018