Vendredi 19 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

L’École d’État-major de Koulikoro : LA PROMOTION 2017-2018 PARRAINÉE PAR LE CHEF SUPRÊME DES ARMÉES

Il est connu de tous que le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta depuis le début de son mandat, s’est évertué malgré les maigres ressources de l’Etat, à mettre les forces de défense et de sécurité de notre pays en capacité de remplir leurs missions régaliennes.

En atteste l’élaboration de la loi d’orientation et de programmation militaire (LOPM). A cela s’ajoute le leadership dont le chef de l’Etat a fait montre en sa qualité de président en exercice de la Force conjointe du G 5 Sahel. La reconnaissance de tous ces efforts a inspiré les officiers de cette promotion de l’Ecole d’Etat-major nationale de Koulikoro dans leur choix du président Ibrahim Boubacar Keïta comme parrain.

Ainsi, la salle des banquets du Palais de Koulouba a abrité, samedi dernier, la cérémonie solennelle de remise des diplômes aux officiers de la promotion 2017-2018 de l’Ecole d’Etat-major nationale de Koulikoro. Elle était présidée par le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta. C’était en présence du ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Tiéna Coulibaly et de plusieurs officiers supérieurs de l’armée.

La promotion qui porte désormais le nom du président de la République compte 20 officiers dont 11 Maliens parmi lesquels un personnel féminin. Les autres stagiaires viennent de six autres pays africains : Burkina-Faso, Guinée Conakry, Niger, Sénégal, Tchad et Togo. Pendant 40 semaines, ces officiers ont suivi le rigoureux programme d’enseignement proposé, apprenant à travailler en groupe, à respecter la diversité culturelle, à comprendre l’impact de l’environnement mais aussi sur la manière d’aborder un problème, à prendre en compte la valeur intrinsèque, la spécialité et l’expertise de tout un chacun etc.

Dans son intervention, le Commandant de l’Ecole d’Etat-major nationale de Koulikoro, le colonel Issa Mamadou Coulibaly, a indiqué que désormais les armées nationales et les forces de sécurité des différents pays africains sont appelées (ou le sont déjà d’ailleurs) à coopérer, travailler et réussir ensemble pour l’intérêt commun dans le cadre d’organisations régionales ou sous régionales telles que le G5 Sahel, la CEDEAO et l’Union africaine. Par la suite, l’officier supérieur est revenu sur le riche et exceptionnel parcours du président Ibrahim Boubacar Keïta.

«Vous restez, à ce jour, le seul Malien à être respectivement Premier ministre, député à l’Assemblée nationale, président de l’Assemblée nationale avant d’être président de la République», a-t-il rappelé. Selon le colonel Issa Mamadou Coulibaly, en portant donc le nom de cet illustre parrain, cette promotion doit retenir qu’elle fait le serment de faire siennes les grandes vertus qui l’ont toujours caractérisées : son leadership, son amour pour la patrie, son engagement pour la paix, la sécurité, son goût pour la culture, l’intellect et sa sérénité dans les prises de décisions.

Cette intervention a laissé place à la remise des diplômes. Le président de la République a ainsi remis les diplômes aux trois premiers de la promotion. Ayant obtenu la mention «Très Bien», c’est notre compatriote, le commandant Aboubacar Sidick Keïta qui est le major de la promotion. De son côté, le ministre de la Défense et des Anciens combattants, Tiéna Coulibaly, a remis les diplômes aux autres stagiaires. Juste après, ce fut la présentation du cadeau que la promotion a offert au chef de l’Etat. Il s’agit d’un tableau avec la photo de l’ensemble des officiers de la promotion.

C’est un parrain visiblement ému par l’honneur à lui rendu qui s’est adressé à ses filleuls, disant que ces derniers préfigurent, quelque part, cette Afrique de l’excellence et de la confiance retrouvée. Il ajoutera qu’il est important que la formation que les officiers ont reçue à Koulikoro les rende aptes à mettre en place des stratégies, de conduire des opérations pour préserver les pays du continent. «C’est pourquoi, je dis que je suis plus qu’honoré qu’au sortir de cette formation là, vous nous fassiez cet honneur indicible de nous en faire parrain», a salué le président Keïta. Et le chef de l’Etat d’affirmer que ces officiers ont aujourd’hui une mission difficile, parce faisant face à un ennemi invisible. Il leur a recommandé alors à apprendre encore et encore des méthodes nouvelles, à se conformer à l’asymétrie qui dorénavant est la règle du combat.

Le président Léopold Sédar Senghor l’a dit, a rappelé Ibrahim Boubacar Keïta, : «l’organisation et la méthode sont les clés de tout succès». En outre, le chef suprême des Armées s’est dit certain qu’à l’Ecole de l’Etat-major, ces notions leur ont été inculquées et, par conséquent, bien assimilées. «La défense, aujourd’hui, est une affaire multiforme qui demande des compétences multiples, pluridisciplinaires et une grande rigueur. Tout cela, vous l’avez acquis à Koulikoro, je ne doute pas une seconde que vous saurez vous en servir au profit de nos armées pour faire d’elles les outils dont nous avons besoin dans le temps actuel, qui est un temps d’incertitudes, qui est un temps de défis complexes, toujours plus difficiles les uns que les autres», a-t-il espéré.

Pour finir, Ibrahim Boubacar Keïta a dit n’avoir «aucun doute» que les hommes sauront relever ces défis. «Je voudrais vous dire encore une fois toute ma plus grande émotion et j’aurais voulu vous dire dans toutes les langues des différents pays ici présents. Merci et bon vent», a conclu le président Keïta.

Massa SIDIBÉ

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La transhumance politique

19 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

19 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018