Vendredi 19 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Mali: un ex-militaire candidat à la présidentielle de juillet prochain

Les candidats se bousculent au Mali devant le portillon pour l’élection présidentielle. Un ancien militaire vient d’entrer dans la course. Le général démissionnaire Moussa Sinko Coulibaly a officiellement annoncé sa candidature ce weekend.

Il avait démissionné de l’armée malienne avec fracas laissant entendre qu’il pourrait être candidat à la présidentielle. Désormais, c’est fait. L’ex-général Moussa Sinko Coulibaly a expliqué pourquoi il se lançait dans la course à la présidentielle : « Je suis candidat pour apporter les solutions aux problèmes maliens. Le Mali continue à plonger dans la crise. L’équipe dirigeante actuelle, comme on l’a constaté depuis cinq ans, a du mal à trouver des solutions ».

Une élection présidentielle se gagne sur le terrain. Et c’est à Ségou, à 240 kilomètres au nord de Bamako qu’il a annoncé la nouvelle. Mais sans parti politique avec qui il mènera la bataille ? « Notre candidature est soutenue par les partis politiques déjà existants sur la place, que ce soit des partis politiques de la majorité ou de l’opposition ».

L’homme a 46 ans. Sa priorité : la crise du Nord et du centre. Il propose son médicament, son remède : « L’accord d’Alger est là. Il va falloir l’appliquer, le renforcer sur les points où les faiblesses seront constatées. Pour la crise du centre, il va falloir entamer une forme de dialogue national ».

Mais en attendant, il faut gagner l’élection présidentielle. Il réclame la transparence : « Nous serons très vigilants », ajoute le diplômé de la prestigieuse école française de Saint-Cyr.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La transhumance politique

19 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

19 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018