Lundi 25 Juin 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Agitations et boycotts de l’opposition: Dr Bocary Tréta juge incompréhensible le climat de suspicion généralisée

Pour le président de la plateforme d’Alliance électorale « Ensemble pour le Mali », l’opposition qui jette l’anathème contre la moralité de l’administration n’a pas d’arguments sérieux et crédibles car elle a bouclé l’essentiel de ses revendications.

Actualité politique et réactions obligent. La plateforme d’Alliance électorale « Ensemble pour le Mali (EPM)» qui soutient la candidature du Président IBK est sortie de sa réserve pour donner des éléments de réponses face aux boycotts systématiques de l’opposition sur le processus électoral.  Elle a animé, le mardi 05 juin à la Maison de la presse, une conférence de presse, la première du genre, depuis la naissance de ce regroupement. Ce point de presse avec la presse dont le conférencier principal était le président de l’EPM, Dr Bocary Tréta, a regroupé plusieurs responsables de la nouvelle plateforme d’Alliance. L’on y notait la présence de la quasi-totalité des présidents des partis signataires de l’EPM.

Les motivations d’une plateforme d’Alliance électorale en faveur d’IBK, le climat politique préélectoral, la prétendue prise d’otage de l’ORTM par le Président de la République, la transparence des élections ont été les sujets abordés, lors de cette conférence. Pour répondre aux questions des journalistes, Dr Bocary Tréta était assisté des cadres de la plateforme comme Mamadou Sangaré dit Blaise du CDS, l’honorable Moussa Timbiné, président de la jeunesse-EPM, Assarid Ag Imbarcaouane de l’ADEMA-PASJ, et Mme Diawara Lady Touré, présidente du Mouvement des femmes RPM.

D’entrée de jeu, le président de l’EPM a donné des informations sur l’organisation de la nouvelle plateforme qui s’est substituée à la CMP (Convention de la Majorité présidentielle). Il dira que cette nouvelle plateforme est forte de 68 partis politiques et environ 300 associations et clubs de soutien au Président IBK pour battre campagne sur toute l’étendue du territoire afin de réélire IBK. Qu’au-delà de cette plateforme, il y a un collège de leaders d’opinion, de leaders religieux, convaincus que l’on doit renouveler confiance à IBK. Il a souligné qu’avec cette force, l’EPM croit fermement à la réélection du Président IBK. C’est pourquoi, affirme-t-il, ses nombreux acteurs abordent les élections de 2018 dans l’humilité et s’inscrivant dans la discipline.

Abordant le climat politique  tendu, le président de l’EPM a tout d’abord tenu à préciser que les limites posées à la liberté de manifestation tiennent essentiellement au souci de préservation de l’ordre public, avant de déplorer que la légalité en la matière ne plaide pas en faveur des camarades de l’opposition. Sur les motivations même de l’opposition, M. Tréta estime qu’il est incompréhensible que  cette opposition entretienne le climat de suspicion généralisée. Selon lui, elle jette l’anathème contre la moralité de l’administration, mais n’a pas d’arguments sérieux et crédibles.

« L’opposition a bouclé l’essentiel de ses revendications. La loi électorale modifiée qui organise les élections est une loi de l’opposition malienne », a déclaré Dr Bocary Tréta, avant d’préciser qu’elle a demandé et obtenu l’audit du fichier électoral, la suppression des cartes Nina comme carte d’électeurs, la prise en charge de ses représentants dans les bureaux de vote, entre autres. Il a bouclé ce chapitre en rappelant à l’opposition qu’aucune élection n’est gagnée d’avance.

 S’agissant de la libération de l’ORTM, le président de l’EPM a souligné que cette question est clairement prise en charge par le Comité de l’égal accès aux médias d’Etat qui statue devant les mandataires de tous les candidats.

Par rapport aux activités du Président de la République, M. Tréta estime ce dernier est et restera le gardien de la Constitution jusqu’à la fin de son mandat qui incarne l’unité nationale, en invitant l’opposition dans la République. « Naturellement, l’ORTM, en tant que média public, est appelé à couvrir les activités du chef de l’Etat, comme cela se passe partout au monde. Cela a été ainsi avant IBK, cela sera ainsi après lui », a conclu le président de l’EPM.

Daniel KOURIBA

Source: 22 Septembre

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Interview de Hamed Diane SEMEGA Haut Commissaire de l'OMVS

Coup d'gueule

Modibo Fofana, journaliste : « Le Mali souffre de cinq maux: l'obscurantisme, l'analphabétisme, l'opportunisme, le népotisme et le "situationnisme" »

Blog

 « Cheick Modibo Diarra et Moussa Mara, deux hommes politiquement maladroits »

« Cheick Modibo Diarra et Moussa Mara, deux combinaisons dangereuses pour le Mali » 

« On ne dirigera pas ce pays par tâtonnements. La scène politique actuelle au Mali, est balayée de toute force d’attraction idéologique ou de visions ou compétences politiques. Et prétentieusement, une alliance s’affiche avec deux hommes politiquement maladroits; Moussa Mara (un bilan et comportement d’incertitude à tout moment, même souvent populiste), et pire, maintenant Cheick Modibo Diarra (qui est tout sauf un bon stratège politique).

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Du foot tout le temps (rediffusion)

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2018