Vendredi 17 Août 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Les opposants Tiébilé, Soumaïla, Moussa Sinko… : «Sans l’alternance en 2018, le Mali va s’effondrer»

Les leaders politiques, activistes et associations religieuses se sont retrouvés au cours d’une journée d’échanges, le 14 avril 2018, à la Maison de la Presse autour de la mouture d’alternance.

Ce fut l’occasion pour les intervenants de faire un état des lieuxsur le bilan du régime en place et à attirer l’attention des participants sur les mécanismes pour la formation d’une coalition d’alternance au cours de la présidentielle du 29 juillet 2018 prochain.

C’était en présence du chef de file de l’opposition Soumaïla  Cissé de l’URD, qui avait à ses côtés le président de la plate-forme  pour le changement, le Général Moussa Sinko Coulibaly, Tiébilé Dramé du parti PARENA, le chroniqueur Mohamed Youssouf Bathily dit Ras Bath et plusieurs représentants d’associations de la société civile.

Le président du PARENA, Tiébilé Dramé, a mis l’accent sur l’insécurité grandissante dans le Nord comme au Centre du pays, avant de marteler que rien ne peut faire croire que le bilan d’Ibrahim Boubacar Keïta  soit à hauteur des attentes des Maliens.« Son bilan est une immense déception » a-t-il martelé. Sur la question du contenu et la stratégie du panel qui a réuni les responsables, le leader du PARENA, Tiébilé Dramé dira  que « sans l’alternance en 2018, le Mali va s’effondrer ». Les préalables de ladite alternance supposent, selon lui,une démarche structurelle, systémique et vertueuse pour la lutte contre la corruption, et la mauvaise gouvernance tant décriées par l’opinion nationale.

Pour sa  part, le président de la plate-forme pour le changement, Moussa Sinko Coulibaly dira que son mouvement  se repose sur la rupture, avant d’ajouter que le constat autour de l’alternance est le même. Dont le dynamisme se traduit par un changement du régime en place pouvant conduire le pays à booster son économie en toute responsabilité. Pour lui, renouveler sa confiance au président IBK pour un second mandat, serait un acte suicidaire pour la nation. Pour ce faire, Moussa Sinko a réaffirmé la disponibilité de sa plate-forme pour la construction d’une  coalition consensuelle pour obtenir l’alternance.

Le chef de file de l‘opposition, Soumaïla Cissé, a quant à lui, mis l’accent sur la confiance entre les militants, avant de les appeler à l’union età un esprit de responsabilité. Il a poursuivi en disant que  le président IBK a failli à sa mission dans tous les domaines, avant d’inviter l’opinion nationale à prendre son destin en main afin de s’inscrire dans cette logique réfléchie qui est l’alternance en 2018.

Yacouba COULIBALY

Source: Mali-Horizon

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Abdoulaye Konaré, malien de l’extérieur, à propos du second tour de la présidentielle au Mali : « Si les maliens acceptent ce résultat fabriqué au nord, nul doute qu’IBK se fera remplacer en 2023 à la tête de l’Etat par son Karim Keita »

Blog

L’irrécusabilité du juge constitutionnel : Vers la naissance d’un Dieu au Mali !

« Le juge, gardien de la règle de droit, pacificateur social, protecteur des droits, régulateur des institutions autant de qualificatifs que l’on puisse accorder à un être humain fort et fragile fait de ténèbres, d’orgueil et d’erreurs

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

C'est quoi un facilitateur ? (rediffusion)

17 Août


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Ibrahim Boubacar Keïta réelu

17 AOût

© Dépêches du Mali 2012 - 2018