Vendredi 20 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Les opposants Tiébilé, Soumaïla, Moussa Sinko… : «Sans l’alternance en 2018, le Mali va s’effondrer»

Les leaders politiques, activistes et associations religieuses se sont retrouvés au cours d’une journée d’échanges, le 14 avril 2018, à la Maison de la Presse autour de la mouture d’alternance.

Ce fut l’occasion pour les intervenants de faire un état des lieuxsur le bilan du régime en place et à attirer l’attention des participants sur les mécanismes pour la formation d’une coalition d’alternance au cours de la présidentielle du 29 juillet 2018 prochain.

C’était en présence du chef de file de l’opposition Soumaïla  Cissé de l’URD, qui avait à ses côtés le président de la plate-forme  pour le changement, le Général Moussa Sinko Coulibaly, Tiébilé Dramé du parti PARENA, le chroniqueur Mohamed Youssouf Bathily dit Ras Bath et plusieurs représentants d’associations de la société civile.

Le président du PARENA, Tiébilé Dramé, a mis l’accent sur l’insécurité grandissante dans le Nord comme au Centre du pays, avant de marteler que rien ne peut faire croire que le bilan d’Ibrahim Boubacar Keïta  soit à hauteur des attentes des Maliens.« Son bilan est une immense déception » a-t-il martelé. Sur la question du contenu et la stratégie du panel qui a réuni les responsables, le leader du PARENA, Tiébilé Dramé dira  que « sans l’alternance en 2018, le Mali va s’effondrer ». Les préalables de ladite alternance supposent, selon lui,une démarche structurelle, systémique et vertueuse pour la lutte contre la corruption, et la mauvaise gouvernance tant décriées par l’opinion nationale.

Pour sa  part, le président de la plate-forme pour le changement, Moussa Sinko Coulibaly dira que son mouvement  se repose sur la rupture, avant d’ajouter que le constat autour de l’alternance est le même. Dont le dynamisme se traduit par un changement du régime en place pouvant conduire le pays à booster son économie en toute responsabilité. Pour lui, renouveler sa confiance au président IBK pour un second mandat, serait un acte suicidaire pour la nation. Pour ce faire, Moussa Sinko a réaffirmé la disponibilité de sa plate-forme pour la construction d’une  coalition consensuelle pour obtenir l’alternance.

Le chef de file de l‘opposition, Soumaïla Cissé, a quant à lui, mis l’accent sur la confiance entre les militants, avant de les appeler à l’union età un esprit de responsabilité. Il a poursuivi en disant que  le président IBK a failli à sa mission dans tous les domaines, avant d’inviter l’opinion nationale à prendre son destin en main afin de s’inscrire dans cette logique réfléchie qui est l’alternance en 2018.

Yacouba COULIBALY

Source: Mali-Horizon

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Candidat sans casier

19 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Appels sur l'Actualité à Bouaké

19 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018