Vendredi 20 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Pour réclamer l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail : Quatre syndicats de police projettent de marcher le 27 avril sur le ministère

Dans une correspondance déposée à la Direction générale de la police et au ministère de la Sécurité et de la protection civile dont nous avons pu nous procurer une copie, 4 syndicats de la police, à savoir la Section syndicale de la police nationale (Spn-Untm), la Spn-Cstm, le Syndicat national de la police (Synapol) et le Syndicat autonome de la police (Sap) projettent de marcher ce 27 avril prochain pour réclamer l’amélioration de leurs conditions de travail et de vie.

Les revendications de ces fonctionnaires de police dans ledit document se résument en 8 points. En premier lieu, ils demandent l’obtention de la qualité d’Officier de police judiciaire pour les sous-officiers de police (Opj), la révision de la grille indiciaire, la valorisation des diplômes, la révision du décret 351 portant l’octroi des primes au sein de la police nationale.

Ce n’est pas tout. Dans leur document, ils réclament la régularisation administrative et financière des policiers réintégrés (A/C Tiècounta Kanté, A/C Youssouf Fofana, S/C Cheick Hamala Diakité), la réintégration de 17 policiers radiés, la création des postes de Haut fonctionnaire de police dans les instances diplomatiques, départements ministériels et gouvernorats, l’accélération des dossiers des 20 000 logements sociaux au profit de la police… Ladite marche, selon le président du Sap, sergent-chef Bougouna Dembélé, partira du Groupement mobile de sécurité pour le ministère de la sécurité, en passant par le Pont “Richard”, le monument Eléphant, le monument Kwamé kruma et le siège de la Bnda.

En tout cas, ces quatre syndicats, dans leur document transmis au Ministre, se disent “ouverts au dialogue et demandent la résolution des points de revendications dans un bref délai”. Sans quoi, ils vont battre le pavé ce 27 avril à partir de 7 heures 00.

  K.THERA

Source : Aujourd'hui-Mali 14 Avr 2018

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Candidat sans casier

19 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Appels sur l'Actualité à Bouaké

19 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018