Vendredi 20 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Tiébilé Dramé, président du Parena à Kéniéba : «Ma candidature n’est pas la question la plus importante, ce qui est capital aujourd’hui est d’unir nos forces pour changer le régime en place»

Le président du Parti pour la renaissance nationale (Parena), Tiébilé Dramé, accompagné d’une forte équipe du bureau exécutif du Parena, s’est rendu le dimanche 11 février 2018, à Kéniéba (dans la région de Kayes).

Ladite visite s’inscrivait dans cadre de prise de contact du parti avec ses structures à la base.

Cela, pour redynamiser le parti, en vue notamment des joutes électorales de 2018: élections présidentielles, législatives, régionales, etc. La section Parena de Kéniéba avec à sa tête, Koly Sissoko, a réservé un accueil chaleureux au président du parti du Bélier Blanc et à son équipe. On pouvait noter entre autres, les délégués venus des sous-sections des arrondissements de Kassama, Dombia, Dialfara, Faraba, Faléa, etc.

Accueilli à Mogoyafara (5 Km de Kéniéba) par les militants et sympathisants du Parena de la localité, Dramé a été accompagné en ville et installé au Motel Tambaoura de Kéniéba, avant d’animer une conférence. Interrogé par ses camarades militants de Kéniéba s’il sera candidat ou pas aux élections présidentielles de 2018, Tiébilé Dramé a été on ne peut plus clair avec eux : «Ma candidature n’est pas la question la plus importante, ce qui est capital aujourd’hui est d’unir nos forces pour changer le régime en place. Nous (certains regroupements de la société civile et des partis politiques) travaillons à avoir une candidature unique pour apporter le changement» a déclare Tiébilé Dramé.

Il ajoutera qu’il faut « travailler dans ce sens pour sauver le Mali qui est entrain d’aller au mur». Comme il fallait donc s’y attendre, le changement de régime, combat qu’il mène depuis un bon moment avec beaucoup d’autres acteurs politiques et de la société civile, a été fortement demandé par Tiébilé Dramé.

Après la conférence, Tiébilé Dramé et sa délégation ont rendu visite aux notabilités traditionnelles (le chef de village et ses conseillers) et à d’autres personnes ressources de la ville comme l’imam Haidara.

Hadama B. Fofana

Source : Le Républicain 13 Fév 2018

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018