Vendredi 20 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Assemblée Nationale : Le boycott absentéiste des députés

Lors de la clôture de la session extraordinaire des députés, l’hémicycle était particulièrement vide. Un absentéiste attribuable au retard accusé dans le paiement des émoluments parlementaires salaires des députés.

Vendredi dernier à 16h, les rideaux tombaient sur la session extraordinaire ouverte en début d’année en vue de délibérer sur certains textes urgents. Mais à l’heure de « libérer » les élus, le constat était alarmant : une salle quasi vide et un quorum vraisemblablement non atteint.

En cause, explique-t-on, près de deux mois de retard dans le paiement des émoluments parlementaires. Autrement dit, de janvier à maintenant, les comptes des députés sont pratiquement vides. Une situation qui atteste de la fragilité du Trésor Public où les liquidités se font de plus en plus rares. Pire, elle intervient lors des vacances parlementaires qui ont commencé depuis plus d’un mois.

D’ailleurs un élu - dont nous taisons le nom - a ouvertement refusé d’aller en salle. Le parlementaire a expliqué son attitude par l’irrégularité des émoluments en indiquant être limité dans ses actions. Au final, c’est avec une poignée de parlementaires dans la salle que le président a tenu son discours de clôture.

Reste à savoir si les restitutions pourront se faire comme ils se doivent. Car pour rejoindre sa localité, entretenir ses militants, solliciter les médias et louer des espaces pour réunir le public, il faut bien de l’argent. Ce qui en manque cruellement au Trésor Public.

Idrissa Keïta

Source : Le Témoin

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018