Lundi 15 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Quand le président du RPM divise le collectif des femmes du camp de Kati

Le  collectif des femmes du Camp de Kati sont en colère contre Bocary Tereta. Le président du RPM, dans l’objectif de pouvoir entrer dans le camp de Kati,  a commencé à ratisser chez les femmes des soldats dont les maris sont détenus dans l’affaire dite de bérets rouges.

Ces femmes  se sont regroupées en collectif pour défendre les intérêts de leurs maris. Mais à la surprise générale, elles ont vu deux de leurs camarades de  lutte s’associer à un mouvement de soutien au président du RPM, le samedi 3 février 2018 dans la salle de garnison de Kati. Ceci a créé un émoi et une consternation chez les autres femmes qui parlent d’acte de trahison.

Selon les femmes du collectif, leurs membres viennent de poser « un acte irresponsable » qui n’honore pas  leurs maris. Le collectif a donc décidé de se désolidariser de l’acte posé par le président du dit club de soutien, un certain Ibrahim Maïga et sa présidente d’honneur et non moins présidente des femmes du camp de Kati,  Mme Ouattara Nana Traoré, tous deux membres du collectif. Nous nous rappelons que la dite présidente du collectif n’a pas manqué de faire des sorties musclées sur certaines radios de la place après avoir rencontré  l’ancien PM Abdoulaye Idrissa Maïga . Dans ses déclarations, la présidente des femmes du Camp de Kati Mme Ouattara Nana Traoré  n’a pas manqué d’interpeller les autorités sur le non jugement jusqu’à présent  de leurs maris toujours détenus dans l’affaire des 21 bérets rouges disparus. Mme Ouattara Nana Traoré est, en effet, accusée par ses camarades d’être  à la base de l’échec de toutes les activités que le collectif avait entrepris pour le 20 janvier 2018.

Selon nos sources, les  épouses de ces militaires détenus avaient décidé de brandir des  banderoles  sur lesquelles, elles allaient interpeler le président Ibrahim Boubacar Keita sur le sort réservés à leurs maris emprisonnés depuis plus de 3 ans contrairement à la loi. Ce soutien soudain de ces femmes du Camp de Kati à l’endroit du président du RPM à laisser tout le monde perplexe dans le cercle. Pour les membres du collectif cela n’engage pas le collectif et ne saurait entamer leur détermination dans la recherche de leurs droits, les  droits  de leurs maris.

Fakara Faïnké

Source : Le Républicain 12 Fév 2018

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Politique et physique-chimie

15 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Louise Mushikiwabo incarnera-t-elle les valeurs de la Francophonie ?

15 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018