Mardi 22 Mai 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Va-t-on vers la fin de l’opération «Barkhane» au Sahel ?

Dans la foulée de l’opération «Serval» lancée au Mali il y a cinq ans, «Barkhane» a été mise en place pour lutter contre les groupes armés terroristes (GAT) sur un territoire vaste comme l’Europe couvrant cinq pays sahéliens (Burkina Faso, Mauritanie, Mali, Niger, Tchad).

Un dispositif de 4500 militaires qui montre aujourd’hui ses limites, alors que la violence se focalise sur le centre du Mali.

Quel est le contexte actuel?

«Nous ne faisons que contenir la menace terroriste. Nous obtenons certes des succès tactiques mais nous ne parvenons pas à les transformer en succès stratégiques car la lutte militaire ne suffit pas. On n’arrivera à rien au Sahel sans une action résolue dans le champ politique, diplomatique et du développement.» Ce constat d’un chef militaire de «Barkhane» illustre le double visage de l’opération.

Côté face, un creuset d’expérience militaire sans pareil, une excellence opérationnelle manifeste et des défis logistiques relevés quotidiennement. «Vous faites l’admiration de la France et des Français», a dit à ses hommes le général Jean-Pierre Bosser, le chef d’état-major de l’armée de terre, le 1er février, à Gao, au Mali. Côté pile, une force de 4500 hommes sous tension intervenant dans un environnement qui s’est dégradé, du fait notamment de temporalités discordantes: le temps des militaires, qui s’efforcent de faire front, le temps des diplomates, impuissants à raviver un processus de paix moribond, le temps des politiques, rivés à leurs échéances de court terme, comme au Mali, où l’élection présidentielle est prévue pour juillet. Bien des écueils donc, face aux trafiquants et aux djihadistes qui ont pour eux le temps long.

Source : Le Figaro

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Au Mali, on sait plus dénoncer la corruption que de la combattre…», dixit Mamadou Ismaïla Konaté, ancien ministre de la Justice

« Au Mali, on sait plus dénoncer la corruption que de la combattre ou de lui résister. Beaucoup vivent de ses fruits ou du bénéfice de ses produits aussi nocifs que mortels que le Sida. Si rien n’est fait par contre, on sera obligé de tout faire pour en guérir sinon en mourir »

Blog

« Cultivez vos propres champs ! », dixit le Pr Clément Dembélé

« Jeunes maliens, Je vous vois un jour tous ensemble dans « le parti du peuple malien » au lieu de vous diviser pour des gens qui n’ont rien donné autre que la désuétude politicienne dans ce pays.

Ne soyez pas porteurs de témoin de cette déception dont vous en êtes victime. Cultivez vos propres champs!!!

Lire la suite

Présidentielle 2018 : La Voix de la Société Civile

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Le futur de Président-Fondateur

21 Mai


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Burundi : le référendum controversé

21 Mai

© Dépêches du Mali 2012 - 2018