Lundi 15 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Mali: le Premier ministre promet la sécurité dans le centre et la présidentielle en juillet

Le Premier ministre malien Soumeylou Boubeye Maïga, en visite dimanche dans le centre du Mali, a promis tous les moyens nécessaires pour la sécurisation de cette région et assuré que lepremier tour de l'élection présidentielle se tiendrait le 29 juillet.

Le chef du gouvernement, qui effectuait sa première visite à l'intérieur du pays depuis sa nomination le 30 décembre, avait annoncé en janvier le lancement d'une "vaste opération", sans autre indication, pour sécuriser lecentre du pays, où les groupes jihadistes sont particulièrement actifs.

"Les opérations de sécurisation du centre ont commencé, elles vont se poursuivre. Nous mettrons les moyens qu'il faut", a assuré M. Maïga lors d'une rencontre à Mopti, chef-lieu de la région, avec des cadres régionaux.

"Dès la semaine prochaine, en urgence, plus d'un demi-milliard de FCFA (plus de 760.000 euros, NDLR) seront mobilisés pour soutenir les actions de l'armée", a-t-il annoncé, affirmant que "dès la semaine prochaine, du nouveau matériel sera mis à la disposition de l'armée dans le centre".

Le déploiement de l'administration dans les zones de cette région dont elle est absente se traduira la semaine prochaine notamment par la nomination de sous-préfets, a ajouté le Premier ministre.

Le gouvernement a adopté en 2017 un Plan de sécurisation intégrée des régions du Centre.

Il prévoit à terme la mobilisation de plus de 4.000 militaires pour assurer la sécurité dans la région de Mopti, a indiqué à l'AFP un responsable militaire local sous le couvert de l'anonymat.

M. Maïga a par ailleurs assuré que le premier tour de l'élection présidentielle se tiendrait bien en juillet, le dimanche 29, a-t-il précisé, soulignant que "s'il n'y a pas d'élection, personne n'aura une base juridique pour gouverner".

Il a également évoqué "le dialogue national et la politique de main tendue du gouvernement", après l'annonce par le président Ibrahim Boubacar Keïta, dans son message de fin d'année, d'un "projet de loi sur l'entente nationale" exemptant de poursuites tous ceux "qui n'ont pas de sang sur les mains".

"Dans le cadre de ce dialogue, nous allons procéder à la libération de ceux qui sont libérables", a déclaré le Premier ministre, sans fournir de détails.

Il s'est ensuite rendu à l'hôpital de la ville, où ont été admis des blessés de l'explosion d'une mine vendredi près de Konna, au nord-est de

Mopti, qui a fait cinq morts, dont trois femmes, et une quinzaine de blessés, selon un dernier bilan local.

M. Maïga a également rendu visite aux troupes maliennes sur place, qu'il a encouragées dans leur mission.

Le malaise au sein de l'armée dans le centre du Mali s'est manifesté en janvier par la désertion de 36 gendarmes, qui se sont dirigés vers Bamako, où ils ont été mis aux arrêts, et l'arrestation d'un sergent pour avoir publié une vidéo dans laquelle il critiquait la hiérarchie militaire et la gouvernance du pays.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda. Ces groupes en ont été en grande partie chasséspar une intervention militaire internationale, lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France, qui se poursuit actuellement.

Mais des zones entières du pays échappent encore au contrôle des forces signature en mai-juin 2015 d'un accord de paix, censé isoler définitivement les jihadistes, mais dont l'application accumule les retards.

Depuis 2015, ces attaques se sont étendues au centre et au sud du Mali et le phénomène gagne le Burkina Faso et le Niger voisins.

Source : AFP

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

F comme francophone

12 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

12 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018