Lundi 15 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Tenue des élections de 2018 à bonne date : L’ancien Ministre de la Justice émet de sérieux doutes

«Le climat sécuritaire national, fortement dégradé, sans véritable chance d’amélioration, les mois à venir, ne sera pas propice pour tenir des élections générales conformes aux standards.

Face au vide institutionnel à venir, prévenir un cadre vaut mieux que guérir toutes les crises ». Voici le tweet posté par l’ancien Ministre de la Justice, Me Mamdou Ismaël Konaté, pour nous mettre en garde contre la tenue des élections dans les conditions sécuritaires actuelles.

L’ancien Ministre de la Justice, Me Mamdou Ismaël Konaté, s’est signalé au régime via un tweet des plus sceptiques. Datant du 2 février, le tweet en question émet de sérieux doutes sur la tenue des élections en cette année 2018. Pour expliquer son scepticisme, il met en avant la « dégradation de la situation sécuritaire nationale ». On sait que, depuis un certain temps, le Centre et le Nord du pays ont connu un regain d’attaques terroristes et d’explosions de mines anti personnel. Des attaques et explosions qui ont fait plusieurs victimes civiles et militaires. Il y a, seulement 72 heures, deux autres soldats de la Garde nationale se faisaient tués en pleine rue à Gossi. Cette situation, selon Me Konaté, n’a pas de « véritable chance d’amélioration les mois à venir ». Ce qui ne permettra pas la tenue d’élections crédibles, transparentes, pacifiques conformément aux « standards ».

IBK et SBM contredits ?

Si l’ancien Garde des Sceaux est affirmatif quant à l’impossibilité pour le pays de tenir des élections libres et transparentes, l’on pourrait croire qu’il soupçonne IBK et son Premier Ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, de vouloir organiser des élections non conformes aux « standards » ; c’est-à-dire bâclées. Et qui parle d’élections non conformes aux standards, dit implicitement : élections entachées de fraudes. Pour la stabilité du pays, l’on n’ose pas imaginer un tel dessein de la part du Président de la République et de son PM qui ont tous deux promis au Peuple malien la tenue des élections de 2018 à bonne date.

La logique d’une transition

Face à la situation sécuritaire dégradée du pays, le Doyen Seydou Badian Kouyaté, face à la presse, avait bel et bien avancé l’hypothèse d’une transition au terme du mandat du Président IBK. Cette hypothèse a été violemment écartée par le Président de la République lors de son adresse à la nation du 31 décembre 2017. C’est d’ailleurs à cette même occasion qu’il a promis la tenue à « bonne date » des élections. Le tweet de Me Mamdou Ismaël Konaté sonne comme un soutien à cette proposition du Doyen Seydou Badian Kouyat2. Il dit que « Face au vide institutionnel à venir, prévenir un cadre vaut mieux que guérir toutes les crises ».

Dans un style à peine voilé, il prédit d’une nouvelle série de crises si, toutefois, le régime s’entêtait à organiser les élections dans les conditions sécuritaires actuelles.

Compte tenu de son expérience, de sa connaissance du pays et pour avoir siégé au sein du Gouvernement, l’on ne saurait prendre ce tweet de l’ancien Ministre de la Justice avec des pincettes.

Mohamed Sangoulé DAGNOKO : LE COMBAT

Source : Le Républicain

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Politique et physique-chimie

15 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Louise Mushikiwabo incarnera-t-elle les valeurs de la Francophonie ?

15 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018