Dimanche 25 Février 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Recasement des commerçants des marchés Rose et des Légumes au champ Hippique : Les amateurs de courses des chevaux et les jeunes de la Commune II s’opposent

Au champ hippique de Bamako, la tension est palpable entre la Mairie du District de Bamako, la Fédération Malienne des Sports Equestres du Mali et les jeunes qui pratiquent le sport au champ hippique (plus de 14 clubs foot, des élèves d’une douzaine de quartiers de la CII qui font l’éducation physique dans ce champ), de même que les maraichers qui utilisent l’espace du champ pour trouver leur pain quotidien. La pomme de discorde : la décision du Maire du District de Bamako de recaser dans le champ hippique les commerçants des marchés Rose et de Légumes.

L’information a été donnée le jeudi 25 janvier 2018 lors d’une conférence de presse, au sein du champ hippique de Bamako, par le président de la Fédération Malienne des Sports Equestres du Mali, Mohamed Haidara. «Nous vous informons que la Mairie nous demande de signer un document pour l’attribuer quatre hectares de notre espace. Ce qu’on a refusé. Du coup, Adama Sangaré, Maire du District de Bamako, a décidé d’employer la force pour venir occuper les lieux. Chose que nous avons refusé.

C’est pourquoi nous informons la presse aujourd’hui de l’entêtement de Adama Sangaré d’occuper par la force notre site alors qu’il n’est pas habilité à le faire. Le champ hippique a un titre foncier qui date de 1945, appartenant à l’Etat. Pour que cela soit levé, il faut passer par le conseil des ministres. Et comment lui, simple maire, peut se lever un jour pour venir occuper cet espace, au moment même qu’on veut clôturer le mur avec l’argent que le département des Sports nous a donné (290 millions de FCFA), que pour besoin de recasement», dit le président Haidara.

Il n’a jamais été dit à Adama Sangaré d’aller recasser les commerçants au champ hippique. Nous pensons que c’est la diversion. En fait, c’est pour installer les personnes détenant des lettres d’attribution datant de 2007 qui font pression sur la mairie, qu’il cherche à se débarrasser pour venir mettre en danger la pratique du sport des chevaux, des jeunes footballeurs et scolaires. De même que les jardiniers de la cour. Comment est-ce une lettre d’attribution peut-elle-même prendre le dessus sur un titre foncier dans un Etat responsable?, s’interroge Haidara. Cette régularisation ne se fera ni aujourd’hui, ni demain dans le champ Hippique.

Hadama B. Fofana

Source : Le Républicain 2 Fév 2018

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Salif Sanogo, journaliste à BBC Afrique : « …Quoi qu’il en soit »

"Les gens ne sont ni raisonnables, ni logiques, ni généreux. Aime-les, quoiqu'il en soit.

Si tu agis bien, on va t'accuser de le faire avec arrière-pensée. Agis bien quoiqu'il en soit.

Lire la suite

Blog

Doing Business: « un scandale au cœur de la Banque Mondiale »

La démission fracassante de Paul Romer, chef économiste de la Banque Mondiale, suite à ses critiques portant sur le classement Doing Business, fragilise ce rapport qui fait autorité depuis quinze ans.

Lire la suite

« Prix Oumar Diallo » 2e édition

Prix Oumar Diallo, 2ème édition : Tous à La Gare ce jeudi 1er mars

La remise du Prix Oumar Diallo se déroulera ce jeudi 1er mars 2018 à 18h 30 à l’Espace culturel La Gare, sis au Centre commercial - en face de la gare ferroviaire de Bamako. 

Lire la suite

Interview : Ministre des Sports

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La Volonté du Peuple (Rediffusion)

23 Février


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Emission spéciale : développement du Sahel pour lutter contre le terrorisme

23 Février

© Dépêches du Mali 2012 - 2018