Jeudi 18 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Terrorisme ; Les Etats-Unis invitent ses citoyens à « ne pas voyager » sur le Mali

Le mercredi 10 janvier 2018, les Etats-Unis, à travers un système de notation à quatre niveaux nouvellement mis en place pour informer sur les risques de voyage à l’étranger, invitent ses citoyens à « ne pas voyager » sur le Mali.

« Le crime et le terrorisme » sont les motifs évoqués par le ministère des affaires étrangères des Etats-Unis pour classer le Mali dans la « catégorie 4 : Ne pas voyager », le plus haut niveau de risque. En plus du Mali, 10 autres pays figurent dans cette catégorie : l’Afghanistan, la République centrafricaine, l’Iran, l’Irak, la Libye, la Somalie, le Soudan du Sud, la Syrie, le Yémen et la Corée du Nord.

 « Ne voyagez pas sur le Mali à cause du crime et du terrorisme ». C’est le titre du communiqué que le département d’Etat aux Affaires Consulaires des Etats-Unis a posté, le mercredi 10 janvier dernier, sur son site. Le communiqué poursuit : « les crimes violents, tels que les enlèvements et les vols à main armée, sont fréquents dans les régions du nord et du centre du Mali. La criminalité violente est particulièrement préoccupante lors des fêtes locales et des événements saisonniers à Bamako, dans sa banlieue et dans les régions du sud du Mali. Les barrages routiers et les points de contrôle aléatoires de la police sont monnaie courante dans tout le pays, surtout la nuit. »

Selon le département d’Etat aux Affaires Consulaires, au Mali, des groupes terroristes et armés continuent de comploter des enlèvements et des attaques. « Ils peuvent attaquer avec peu ou pas d’avertissement, ciblant les boîtes de nuit, les hôtels, les restaurants, les lieux de culte, les missions diplomatiques occidentales et d’autres lieux fréquentés par des étrangers. »

Le gouvernement américain, précise les autorités américaines, est incapable de fournir des services d’urgence aux citoyens américains dans les régions du nord et du centre du Mali, car les employés du gouvernement américain qui se rendent dans ces régions sont limités pour des raisons de sécurité.

Sur cette liste « Level 4 : do not travel » des Etats-Unis, le Mali côtoie 10 autres pays à savoir :   l’Afghanistan, la République centrafricaine, l’Iran, l’Irak, la Libye, la Somalie, le Soudan du Sud, la Syrie, le Yémen et la Corée du Nord.

Ce nouveau dispositif mis en place par les autorités américaines pour informer les voyageurs américains sur les risques à voyager à l’étranger a été dévoilé le mercredi dernier avec une échelle de quatre niveaux.

Madiassa Kaba Diakité

Source : Le Républicain 12 Jan 2018

 

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Les routes au Gondwana

18 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Mali: un nouvel espoir de paix?

18 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018