Samedi 21 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Enseignement secondaire, fondamental et éducation préscolaire et spéciale : SIX SYNDICATS D’ENSEIGNANTS EN GRÈVE DE 408 HEURES

Le Syndicat des professeurs de l’enseignement secondaire des collectivités (SYPESCO), le Syndicat libre et démocratique de l’enseignement fondamental (SYLDEF), le Syndicat national de l’éducation de base (SYNEB), le Syndicat national des enseignants du secondaire de l’Etat et des collectivités (SYNESEC), le Syndicat national des enseignants fonctionnaires des collectivités territoriales (SYNEFCT) et la Fédération nationale de l’éducation, des sports, arts, de la recherche et de la culture (FENAREC)ont déposé le 4 janvier dernier un préavis de grève de 408 heures avec rétention de notes. Ces syndicats sont regroupés en synergie d’action depuis le 15 octobre 2016 afin d’améliorer les conditions de vie et de travail de leurs membres.

Dans leur combat commun, ces syndicats d’enseignants et le gouvernement avaient, le 2 mai 2017, signé un accord portant sur l’amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants. Cet accord étant resté lettre morte, les 6 groupes syndicaux ont alors observé une grève de 2016 heures allant du lundi 18 décembre 2017 au vendredi 5 janvier 2018, anticipant ainsi les congés de Noël. Ils réclament l’adoption immédiate par l’Assemblée nationale du projet de loi portant statut du personnel enseignant des enseignements secondaire, fondamental et de l’Education préscolaire et spéciale ainsi que la promulgation et l’application rapides de ladite loi. «Nos revendications ne sont pas nouvelles, car elles ont fait l’objet d’un accord signé entre nous et le gouvernement depuis le 2 mai 2017 et elles ont été acceptées en présence de 7 ministres : Education nationale, Enseignement supérieur et Recherche scientifique, Travail, Fonction publique, chargé des Relations avec les Institutions, Economie et Finances, Emploi et Formation professionnelle, Solidarité et Action humanitaire, Décentralisation et Fiscalité locale», a rappelé Adama Fomba, secrétaire général du SYPESCO et porte-parole des Syndicats d’enseignants en grève, rencontré à la Maison de l’enseignant.

M. Fomba a ajouté que, faute de non satisafaction des revendications, un préavis de grève de 408 heures avec rétention de notes a été déposé le 4 janvier 2018 au ministère du Travail et de la Fonction publique. C’est parce que le gouvernement n’a pas tenu son engagement que les syndicats d’enseignants sont allés en grève, a-t-il soutenu. «Cette fois-ci nous sommes déterminés pour la satisfaction totale de nos points de revendication», a par la suite martélé Adama Fomba.

Pour constater l’effectivité du débrayage, notre équipe de reportage a fait, hier lundi 8 janvier, un tour au lycée «Ba Aminata Diallo» (LBAD). Les salles de classe de cet établissement scolaire étaient fermées. Aucun enseignant, ni élève n’était visible dans la cour de l’école, encore moins en classe. Ce sont les gardiens assis à la porte qui veillaient au grain.

Selon certaines sources, le tout nouveau ministre de l’Education nationale et ses collègues du Travail, de la Fonction publique chargé des Relations avec les Institutions et de l’Emploi et de la Formation professionnelle ont rencontré hier (lundi 8 janvier 2018), les députés pour une réunion préparatoire à une session extraordinaire de l’Assemblée nationale prévue pour ce jeudi 11 janvier 2018. De même source, cette session devrait être consacrée à l’adoption du projet de loi portant statut du personnel enseignant des enseignements secondaire, fondamental et de l’Education préscolaire et spéciale.

Sidi Y. WAGUÉ

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018