Samedi 21 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Lutte antijihadiste: le G5 Sahel se dote d'un fonds pour gérer l'aide promise

Bamako a abrité le 8 janvier 2018, une réunion ministérielle sur l’opérationnalisation de la force conjointe du G5. Les pays du G5 Sahel, le Mali, le Tchad, le Burkina Faso, le Niger et la Mauritanie, ont annoncé lundi à Bamako la création d'un fonds fiduciaire pour gérer l'aide promise à leur force conjointe antijihadiste.

Cette décision, prise lors d'une réunion des ministres des Affaires étrangères et de la Défense du G5 Sahel, intervient une semaine avant une nouvelle rencontre à Paris entre Etats membres et pays donateurs.

"La décision importante prise lors de cette réunion ministérielle conjointe est la création du fonds fiduciaire pour accompagner et gérer les importants fonds annoncés pour aider la force G5 dans la lutte contre le terrorisme dans le Sahel", a déclaré à l'AFP le ministre malien des Affaires étrangères, Tiéman Hubert Coulibaly.

Ce fonds sera doté de deux organes, un comité de soutien et un comité de contrôle pour une "bonne gestion des fonds mis à disposition par les partenaires", qui seront associés à la gestion "transparente des fonds, gage de réussite de la mission de lutte contre l'insécurité dans le Sahel", a ajouté M. Coulibaly.

Son homologue burkinabè, Alpha Barry, a de son côté rappelé que 294 millions d'euros avaient déjà été promis, avant un sommet des pays contributeurs prévu le 23 février à Bruxelles, "pour compléter les besoins financiers".

Après l'Union européenne qui s'est engagée pour 50 millions d'euros, outre les 10 millions fournis par chacun des Etats membres du G5 eux-mêmes, les États-Unis ont promis 60 millions de dollars sous forme d'aide bilatérale, et l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis respectivement 100 et 30 millions d'euros.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda. Ces groupes ont été en grande partie chassés par une opération militaire lancée en janvier 2013, à l'initiative de la France, qui se poursuit.

Mais des zones entières du pays échappent encore au contrôle des forces maliennes, françaises et de l'ONU (Minusma), régulièrement visées par des attaques, malgré la signature en mai-juin 2015 d'un accord de paix, censé isoler définitivement les jihadistes.

Depuis 2015, ces attaques se sont étendues au centre et au sud du Mali et le phénomène gagne les pays voisins, en particulier le Burkina Faso et le Niger.

Face à la dégradation de la situation aux confins de ces trois pays, le G5 Sahel a réactivé en 2017, avec le soutien de la France, son projet de force conjointe antijihadiste, lancé en novembre 2015.

Source : AFP 09/01/18

Commentez avec facebook

Commentaires   

0 #2 Signály 07-02-2018 09:26
Look at my web blog ... Signály: http://msdgoldwright.blogaaja.fi/ksiazka-telefoniczna-android-81/
Citer
0 #1 Johny Jackson 19-01-2018 03:17
A fascinating discussion is definitely worth comment.
I believe that you need to write more on this topic, it might not be a taboo subject but generally people don't talk about such topics.
To the next! All the best!!

my blog Johny Jackson: http://bit.ly/2EWLfYx
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018