Samedi 21 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Justice : Le procureur général de Bamako dénonce le “manque de professionnalisme de certains juges”

Soixante-douze dossiers sur 76 ont été jugés au cours de la dernière Cour d’assises de Bamako pour l’année judiciaire 2016-2017. Les quatre affaires qui restent ont été renvoyés à la prochaine session de la Cour.

L’annonce a été faite vendredi à la Cour d’appel de Bamako à l’issue de la session qui a duré un mois.

Cette Cour d’assises a permis à plus d’une centaine de personnes interpellées de connaître leur sort, mais aussi de pointer du doigt les manquements de la Cour, notamment le manque de professionnalisme de certains juges.

Ils étaient 132 accusés. Parmi eux, quatre ont été condamnés à mort dont un par contumace et 42 autres à une peine d’emprisonnement dont 29 fermes et 13 avec sursis. 28 personnes ont été déclarées non coupables à cette Cour d’assises. Les amendes s’élèvent à plus de 26 millions de F CFA et les dommages et intérêts à près de 29 millions de FCFA.

Le procureur général près la Cour d’appel de Bamako, Idrissa Arizo Maïga, a dénoncé le “manque de professionnalisme” de certains juges d’instruction et des dossiers souvent “mal montés”. « Les cours d’assises sont les occasions uniques de passer au crible de la critique objective des dossiers soumis. En cela, il faut clairement que les dossiers ne brillent pas par la qualité de l’instruction.  Il y a lieu de s’interroger sur le professionnalisme, la qualité du magistrat instructeur. Il a toutefois souligné qu’avec plus de moyens et plus de rigueur ces insuffisances peuvent être corrigées.

La Rédaction

Source: L’indicateur du Renouveau

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018