Mardi 16 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Justice : Le procureur général de Bamako dénonce le “manque de professionnalisme de certains juges”

Soixante-douze dossiers sur 76 ont été jugés au cours de la dernière Cour d’assises de Bamako pour l’année judiciaire 2016-2017. Les quatre affaires qui restent ont été renvoyés à la prochaine session de la Cour.

L’annonce a été faite vendredi à la Cour d’appel de Bamako à l’issue de la session qui a duré un mois.

Cette Cour d’assises a permis à plus d’une centaine de personnes interpellées de connaître leur sort, mais aussi de pointer du doigt les manquements de la Cour, notamment le manque de professionnalisme de certains juges.

Ils étaient 132 accusés. Parmi eux, quatre ont été condamnés à mort dont un par contumace et 42 autres à une peine d’emprisonnement dont 29 fermes et 13 avec sursis. 28 personnes ont été déclarées non coupables à cette Cour d’assises. Les amendes s’élèvent à plus de 26 millions de F CFA et les dommages et intérêts à près de 29 millions de FCFA.

Le procureur général près la Cour d’appel de Bamako, Idrissa Arizo Maïga, a dénoncé le “manque de professionnalisme” de certains juges d’instruction et des dossiers souvent “mal montés”. « Les cours d’assises sont les occasions uniques de passer au crible de la critique objective des dossiers soumis. En cela, il faut clairement que les dossiers ne brillent pas par la qualité de l’instruction.  Il y a lieu de s’interroger sur le professionnalisme, la qualité du magistrat instructeur. Il a toutefois souligné qu’avec plus de moyens et plus de rigueur ces insuffisances peuvent être corrigées.

La Rédaction

Source: L’indicateur du Renouveau

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Politique et physique-chimie

15 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Louise Mushikiwabo incarnera-t-elle les valeurs de la Francophonie ?

15 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018