Lundi 15 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Premier Conseil des ministres du nouveau gouvernement : Le président de la République décline les actions prioritaires de la feuille de route

Le chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Kéita, dans son adresse à l’équipe de Soumeylou Boubèye Maïga, a insisté sur quatre choses : la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation ; l’endiguement de l’insécurité 

Le chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Kéita, dans son adresse à l’équipe de Soumeylou Boubèye Maïga, a insisté sur quatre choses : la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation ; l’endiguement de l’insécurité grandissante dans le centre du pays ; la satisfaction de la demande sociale par l’accélération de la mise en œuvre du Programme présidentiel d’urgences sociales et l’organisation d’élections transparentes, crédibles et apaisées qui doivent se dérouler cette année.

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta a présidé, vendredi dernier à Koulouba, le tout premier Conseil des ministres du nouveau gouvernement dirigé par Soumeylou Boubèye Maïga.

Après la séquence de la prise de la photo de famille et des salutations d’usage, le chef de l’Etat a prononcé un discours dans lequel il a, dans un premier temps, adressé ses félicitations aux ministres pour la confiance méritée, avant de leur souhaiter ses vœux de réussite.

Ibrahim Boubacar Kéïta a, ensuite, défini les grandes lignes de sa feuille de route, en engageant les membres du gouvernement à poursuivre l’exécution et le prolongement des chantiers déjà ouverts dans les domaines suivants qui constituent pour lui, autant de défis importants à relever : la lutte contre le terrorisme et l’insécurité, l’énergie, l’eau, le désenclavement, l’éducation, l’agriculture et la santé.

Sur la même lancée, le chef de l’Etat a invité les ministres à accorder une attention particulière à la poursuite de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger ; à l’endiguement de l’insécurité grandissante dans le centre du pays ; à la satisfaction de la demande sociale par l’accélération de la mise en œuvre du Programme présidentiel d’urgences sociales et à l’organisation d’élections transparentes, crédibles et apaisées qui doivent se dérouler cette année.

De même, le président Kéita a exhorté les membres du gouvernement à poursuivre les efforts pour maintenir le climat de confiance entre les parties signataires de l’Accord, tout en prenant en compte les aspirations des uns et des autres. Au demeurant, a-t-il souligné, la paix ne sera durable qu’au prix d’une Entente nationale. C’est dans ce cadre, a rappelé Ibrahim Boubacar Kéita, que la Charte pour la Paix, l’Unité et la Réconciliation nationale issue des conclusions de la Conférence d’entente nationale, propose des mesures d’amnistie en faveur de certains acteurs de la rébellion armée de 2012. «Je vous demande d’initier très rapidement un projet de loi sur l’Entente nationale qui prendra en charge ces propositions», a-t-il instruit.

Pour le chef de l’Etat, la lutte contre le terrorisme et l’insécurité passe par une montée en puissance et en efficacité de nos forces armées et de sécurité. Et le chef suprême des armées d’inviter le gouvernement à poursuivre et à intensifier la mise en œuvre de la Loi d’orientation et de programmation militaire (LOPM) et de la Loi d’orientation et de programmation sécuritaire (LOPS).

De plus, le président Kéïta dira que l’idée de contribuer au renforcement des structures et mécanismes nationaux et internationaux mis en place, dont le G5 Sahel, ne doit jamais quitter les membres de la nouvelle équipe gouvernementale.

Le président de la République a fait savoir que la situation sécuritaire des régions du centre demeure un défi important pour lequel des réponses adéquates sont attendues par les populations.

Ainsi a-t-il engagé l’équipe de Soumeylou Boubèye Maiga à accélérer l’opérationnalisation effective du Plan de sécurisation intégrée des régions du centre (PSIRC). «Il vous incombe de garantir le retour de la quiétude dans cette partie du pays afin de permettre le retour effectif de l’administration, permettre aux enfants de se rendre à l’école en toute quiétude et aux populations de vaquer avec sérénité à leurs occupations. Ainsi, un dialogue politique inclusif sur la situation sécuritaire dans le centre du pays doit être conduit sans délai», a-t-il instruit.

Afin de soulager les souffrances de nos populations, réduire les inégalités sociales et jeter les bases d’une relance économique, le chef de l’Etat a demandé au gouvernement d’accélérer la mise en œuvre du Programme présidentiel d’urgences sociales.

Ce programme, a-t-il précisé, comporte de vastes chantiers sur la santé, le désenclavement, l’éducation et la fourniture d’eau et d’électricité. «Les performances économiques réalisées doivent être consolidées, durables et inclusives ; chaque Malienne, chaque Malien doit en percevoir les dividendes», a indiqué le président de la République.

Le président Kéita s’est également prononcé sur l’organisation des élections générales de cette année. A ce propos, il a fait observer que l’année 2018 est une année électorale.

«Au regard des attentes des Maliens, il est de la plus grande importance que les élections soient transparentes et crédibles pour mettre notre pays à l’abri d’une dégradation du climat social», a-t-il insisté, avant d’ajouter que des résultats fiables sont fortement tributaires d’un fichier électoral crédible, d’opérations efficaces de distribution de cartes NINA, de dépouillements transparents des bulletins de vote et d’une saine gestion des bureaux de vote.

Par ailleurs, le chef de l’Etat a appelé le gouvernement à poursuivre l’application de la loi sur le genre afin d’assurer la représentativité des femmes aux postes électifs et à ceux de l’administration.

Avant de terminer, il a invité l’équipe de Soumeylou Boubèye Maïga à être unie, solidaire, soucieuse de l’intérêt général et des intérêts supérieurs de la nation. «Vous devez garder à l’esprit que vos performances et votre responsabilité sont à la fois individuelles et collectives. Votre succès dépend de la cohésion de l’équipe gouvernementale, de votre degré d’attachement aux principes républicains et aux valeurs cardinales de notre société», a conseillé le président de la République.

Massa SIDIBÉ

Source : L'Essor 08/01/18

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Politique et physique-chimie

15 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Louise Mushikiwabo incarnera-t-elle les valeurs de la Francophonie ?

15 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018