Mardi 25 Septembre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Mali: un juge de Niono apparaît dans une vidéo de présumés otages

Au Mali, c’est la première preuve de vie d'un juge malien enlevé le 16 novembre dernier dans la localité de Niono, à plus de 300 kilomètres au nord de Bamako.

Dans une vidéo, reçue par un membre de sa famille et également diffusée sur les réseaux sociaux, Soungalo Koné, qu'on voit à côté d'un militaire malien jusque-là porté disparu, s'adresse au gouvernement malien et son discours laisse entendre qu'il serait aux mains d'un groupe islamiste.

La vidéo dure six minutes et six secondes. On reconnaît enturbanné, le juge. Il porte un survêtement et s’est laissé pousser une barbe de quelques jours. Son regard est plutôt hagard, il a visiblement peur. Il récite des versets du coran, avant de se présenter en langue locale bambara : « Je suis le juge Soungalo Koné, qui était en poste dans la localité de Niono ».

En fait, le juge récite le message transmis probablement par ses geôliers qui le filment. Soungalo Koné demande par exemple au gouvernement malien de négocier avec ses ravisseurs, de présumés islamistes du centre, qui sont sous la coupe du Malien Iyad Ag Ghali. Pour sa libération, le juge demande, au nom de ses mêmes ravisseurs, l’application de la charia au Mali et la libération de jihadistes arrêtés et détenus dans des prisons sur le territoire national.

Signalons que dans la même vidéo, un militaire malien visiblement fait prisonnier lors d’une embuscade tendue par les jihadistes le 18 octobre dernier s’exprime aussi. « Je suis le sous-lieutenant Mamadou Diawara », déclare-t-il, avant de reprendre les propos de son compagnon de détention et d’ajouter qu’ils sont bien traités.

Source : RFI 06/12/17

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Délégation gondwanaise à l’ONU

25 Septembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Afrique : Faut-il s’inquiéter des investissements chinois ?

25 Septembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018