Mardi 25 Septembre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Le pouvoir judiciaire dans le collimateur des jihadistes au centre du Mali

Dans le centre du Mali, les jihadistes s'attaquent généralement à des militaires, à des élus, ou encore à des chefs de village, mais désormais, avec la publication mardi 5 décembre de la preuve de vie d'un juge malien enlevé le mois dernier au Centre, on sait que les représentants du pouvoir judiciaire sur le terrain sont également dans le collimateur de ces jihadistes, et pour des raisons précises.

Dans la vidéo publiée comme preuve de vie, mais aussi pour faire passer les messages des ravisseurs, le juge Soungalo Koné aborde un moment la question de la justice. Très probablement, c’est sous la dictée des jihadistes qu’il affirme que depuis qu’il est en captivité il se rend compte qu’on ne doit pas rendre justice selon les lois occidentales, mais en appliquant « la loi de Dieu ». En clair, la charia.

Ainsi, par lui, les jihadistes adressent clairement des menaces au personnel judiciaire encore sur le terrain. L’objectif est de semer la terreur, de faire fuir tout ce monde qui rend justice selon les lois de la République laïque. D’ailleurs, dans la localité de Niono, dès le lendemain du rapt, la peur au ventre, tout le personnel du tribunal a plié bagage pour Bamako, situé à 340 km plus au sud.

Aujourd’hui, d’autres membres du personnel judiciaire sur le terrain demandent à l’Etat le renforcement de leur sécurité. Le tout nouveau ministre malien de la Justice Hamadou Younoussa Maïga s’est personnellement engagé à prendre les mesures nécessaires pour assurer leur sécurité.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Commentaires

0 #1 homescapes hack 27-01-2018 03:13
Meet fine citizens of the home, play with pets.

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Délégation gondwanaise à l’ONU

25 Septembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Afrique : Faut-il s’inquiéter des investissements chinois ?

25 Septembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018