Mardi 12 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Affaire de l’écharpe de l’azawad : Oumou Touré présente « ses excuses », mais refuse de « démissionner »

« Je ne vais pas démissionner, je suis malienne comme tout le monde, » tels sont les propos tenus  par la ministre de la Promotion de la femme, de l’Enfant et de la Famille lors d’une conférence de presse animée hier à la Maison de la presse.

C’était pour présenter ses  excuses  à l’endroit de la population malienne suite au port du drapeau présenté comme celui de l’Azawad lors des assises des femmes pour la paix la semaine dernière.

Suite à l’apparition du drapeau de l’Etat imaginaire de l’Azawad dans notre capitale, lors des assises des femmes pour la paix la semaine dernière, l’affaire a pris une nouvelle tournure ce lundi. Comme une réponse aux manifestations des jeunes et aux multiple voix qui se sont élevées pour demander sa démission, la ministre de la Promotion de la femme, de l’Enfant et de la Famille était face à la presse hier

D’entrée de jeu, la patronne du département de la femme et de l’Enfant a tenu à «  présenter ses excuses  au peuple malien ». « Le ministère de la promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille a pris conscience de la situation provoquée  par  l’incident qui s’est produit  pendant le déroulement des travaux de la 1ère assise des femmes du Mali pour la paix, je veux dire ici l’affaire de l’écharpe. Nous présentons nos excuses les plus sincères à la population malienne suite à cet acte provocateur dont le Mali n’a pas besoin en ce moment »,  a déclaré Oumou Traoré.

Interrogée à savoir si elle compte démissionner, la ministre a été on ne peut plus claire. «  Je ne vais pas démissionner, je suis malienne comme tout le monde. Appeler des Maliens pour des assises nationales, discuter, faire de la médiation, écouter les femmes, leurs sensibilités, trouver des  solutions à un processus en cours si cela doit me valoir une démission, je ne le ferai pas. Mon intention c’est de réconcilier  le Mali, faire participer les femmes du Mali au processus, j’ai appelé des Maliennes et non des gens de l’Azawad »,  a expliqué Mme Touré.

Pour la ministre, l’objectif de l’assise a été atteint. «  La rencontre s’est déroulée  à notre très grande satisfaction, l’objectif visé a été atteint parce que les messages de paix, de réconciliation, de construction de la cohésion sociale et d’interrelation entre  les femmes du Mali ont été portés par toutes les deux cents femmes  présentes  à la rencontre », s’est-elle réjouit

Moctar Dramane Koné, Stagiaire

Source : L'Indicateur du Renouveau 5 Déc 2017 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La santé de Président-Fondateur

11 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Vos questions d'actualité

11 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017