Jeudi 23 Novembre 2017
Event Pirogue

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Le hold-up electoral de 2018 en chantier : 1,5 millions de cartes Nina pré-personnalisées à cacher chez le complice de fournisseur

Pris la main dans le sac ! On ne peut en dire autrement avec cette tentative de commander 1,5 millions de cartes Nina pré-personnalisées à stocker chez le fournisseur, Afritek-sarl de Samba Bathily, dont tout le monde connaît ses accointances avec les tenants du pouvoir.

En effet, la demande d’avenant y afférent a été établie par le ministère de l’Administration territoriale, au moment où des instructions ont été données par le Premier ministre pour annuler le processus d’attribution du marché de confection des cartes d’identité nationale Cédéao sécurisées à l’adjudicataire provisoire, Cissé technologies. Tous les arguments avancés jusque-là sont donc fallacieux. Il ne s’agit ni plus ni moins que d’organiser une véritable fraude électorale avec les cartes Nina et de délester par la même occasion les caisses du Trésor public de près de 2 milliards de nos francs.

On en sait désormais un peu plus sur les vraies raisons qui ont motivé l’annulation du processus d’attribution du marché de confection des cartes d’identité nationale Cédéao sécurisées à l’adjudicataire provisoire, Cissé technologies. En réalité, la confection de ces cartes n’est pas dans le schéma concocté pour faire main basse sur la présidentielle de 2018 afin de manipuler le scrutin au profit du président IBK, candidat à sa propre succession.

Ce serait un remake de la présidentielle de 2013 avec le marché de confection de cartes Nina confié à Sidy Kagnassy devenu finalement conseiller très spécial du président de la République à Koulouba. Tout était comme si on le récompensait d’un travail accompli ou pour avoir donné un coup de pouce à l’ascension d’IBK à la colline de Koulouba. Surtout que, cerise sur le gâteau, il bénéficiera, dès après l’investiture de ce dernier, d’un marché de gré à gré de près de 70 milliards de FCFA pour la fourniture de matériels et équipements militaires. Ce marché constitue à ce jour le plus gros scandale financier du Mali depuis l’indépendance du pays.

De toute façon, on ne peut s’empêcher de penser autrement de la relation entre Sidy Kagnassy et le pouvoir actuel, après la circulation, lors de l’élection présidentielle de 2013, d’un stock de cartes Nina pré-personnalisées que l’on avait rebaptisées entre Kati et Sébénicoro, les cartes Nina A, pour les distinguer des vraies cartes Nina. Il y en avait près de 2 millions et nous l’avions dénoncé en son temps dans une de nos éditions, en publiant la transcription de conversations qui ont eu lieu entre Kati et des proches du pouvoir actuel.

On ne change pas une méthode qui gagne, surtout lorsqu’on se retrouve au, plus bas de sa popularité car traînant de nombreuses casseroles dont le bruit assourdissant couvre de loin les messages de campagne électorale qui ont fini d’assombrir l’écran de notre télévision nationale. Il ne faut donc pas s’étonner d’apprendre que, dès à présent, est en train de se mettre en place un dispositif de fraude sur le scrutin présidentiel de 2018 par le même procédé, les cartes Nina.

Cette fraude à grande échelle est impossible avec les cartes d’identité biométriques Cédéao. Raison pour laquelle, Cissé technologies en a fait les frais, lui qui est décidé, comme il l’avait annoncé, de tout faire pour que les Maliens aient leur carte d’identité sécurisée dans les meilleurs délais possibles. Il croyait bien faire en le disant cela. Il y croyait après le tout le temps perdu dans la tergiversation par le pouvoir. Mais hélas, c’est ce qu’il ne fallait pas. Cet engagement à produire les cartes Cédéao sécurisées dans les meilleurs délais a dompté le club de fraudeurs qui a précipité l’annulation du marché destiné à Cissé Technologies en se cachant derrière des arguments qui relèvent uniquement de la fuite en avant.

En effet, au moment où se mettait en place le dispositif pour empêcher Cissé technologies d’exécuter le marché de confection des cartes nationales d’identité biométriques Cédéao, le ministère de l’Administration territoriale (organisateur des élections) à travers son directeur des finances et du matériel, par lettre n° 00894/MAT-DFM-DAMP du 12 septembre 2017, demandait au directeur général des marchés publics de conclure un avenant avec l’entreprise Afritek-sarl, un avenant au marché n° 000101/DGMP-DSP/2017, relatif à la fourniture de 1 million 500 mille cartes Nina pré-personnalisées et en plus de demander que lesdites cartes ne soient pas livrées au ministère de l’Administration territoriale, mais qu’elles soient gardées en stock chez le fournisseur.

Les intentions soupçonnées au départ se précisent à présent. En effet, pendant que le processus d’attribution du marché des cartes Cédéao était en cours, on est passé outre pour donner un marché de confection de cartes Nina à l’entreprise Afritek-sarl, alors que ces cartes Nina devaient normalement disparaître pour être remplacées par les cartes Cédéao. Dès le départ donc il y avait l’intention de torpiller le processus pour ne pas disposer d’un fichier électoral fiable qui serait extrait des données collectées lors de la confection des cartes biométriques. La demande de cartes Nina additionnelles, pré-personnalisées, et en plus à cacher chez le fournisseur, sont autant de démarches qu’un régime sérieux et qui se veut sans reproche ne doit se permettre.

Comme raisons évoquées par le ministère de l’Administration territoriale pour cette commande de 1,5 millions de cartes Nina pré-personnalisées à garder hors du circuit officiel : économie du coup d’exploitation de la personnalisation des cartes ; la révision des listes électorales en octobre 2017 sanctionnée par la confection de nouvelles cartes pour les électeurs ; la forte demande de renouvellement des cartes Nina.

Heureusement que le directeur général des marchés publics, pour une fois au moins, a pris la bonne décision en refusant de s’exécuter, non sans argumenter sa réponse qui reste sans commentaire, tellement elle est pertinente : « En réponse, j’ai l’honneur de vous faire observer que les motivations ci-dessus évoquées ne permettent pas d’autoriser la conclusion de l’avenant demandé. Parce qu’il est évident que la proposition de réceptionner les fournitures dans un lieu autre que celui initialement prévu (les locaux du ministère de l’Administration territoriale) et entre les mains du fournisseur Afritek-sarl, est de nature à exposer l’administration par l’absence de garantie.

Enfin, il faut rappeler qu’après la réception desdites cartes, le paiement du titulaire du marché est automatiquement déclenché pendant que les matériels resteront sous sa garde. Ce qui n’est pas de nature à protéger les intérêts de l’administration et à garantir la livraison de la totalité de la commande ».

Ceux qui disaient que le refus d’organiser les élections à partir d’un fichier biométrique est à la base de l’extorsion à Cissé Technologies du marché de confection des cartes d’identité biométriques Cédéao n’ont donc pas tort car avec cette demande d’avenant de cartes à nicher hors de l’administration, on ne peut dire le contraire.

Il nous revient que les jeunes qui avaient déposé leur dossier chez Cissé Technologie se proposent d’organiser une grande marche afin de dénoncer des pratiques du gouvernement malien qui sont indignes d’un pays qui se dit démocratique. Hum, cela n’augure rien de bon !

A.D

Source : Le Sphinx 14/11/17

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Catalogne - la « demoncratie » en danger !

Suite à la violation du droit des Catalans à l'autodétermination et au coup d'état perpétré contre les dirigeants catalans démocratiquement élus, le Chef de village africain lance un appel à la raison en direction du pouvoir dictatorial ex-bagnole et averti qu'il ne tolère pas de désordre aux portes de l'Afrique. Arrêtez vos enfantillages antidémocratiques!!!

Lire la suite

Blog

 Marcel-M. MONIN : « La démocratie n’est pas gênante » 

Les sociétés « démocratiques » sont des sociétés dans lesquelles (entre autres) les principaux décideurs émanent directement ou indirectement de l’élection (1). L’élection donne ensuite une légitimité à celui qui doit son poste au vote et une légitimité  à ce que fera ce dernier (2). Elle le protège également -sauf exceptions - (soit en droit, soit en fait) des juges. 

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Indignation ou indignité ?

23 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Les pays africains face aux défis du changement climatique

23 Novembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017