Lundi 25 Juin 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

La Minusma devant les députés sur la question des élections : Mahamat Saleh Annadif appelle les autorités à plus de réalisme

Comme les Maliens ne semblent toujours pas comprendre la mission de la Minusma au Mali, s’interrogeant chaque fois sur la persistence de l’insécurité, alors même que le Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) est sur le sol malien

Comme les Maliens ne semblent toujours pas comprendre la mission de la Minusma au Mali, s’interrogeant chaque fois sur la persistence de l’insécurité, alors même que le Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) est sur le sol malien, le représentant spécial du secrétaire général au Mali et chef de la MINUSMA, Mahamat Saleh Annadif, dans un langage plus explicite que jamais, situe l’Etat malien devant ses responsabilités.

Devant les députés, pour des questions-réponses, une séance tenue annuellement pour permettre à la Minusma d’expliquer les actions menées, le représentant spécial du Secrétaire général des Nations-Unies au Mali, Mahamat Saleh Annadif n’a pas eu sa langue dans sa poche, le 9 novembre dernier, poussé en cela par les critiques des députés. Les échanges devenaient plus vifs, lorsqu’il a été question d’élections communales et régionales prévues pour le mois de décembre prochain, et les appuis que la Minusma apportera pour leur réussite.

Sur cet aspect, Annadif n’a nullement porté de gant. « Dans le Centre, nous savons que les routes ne sont pas sécurisées, il n’y a pas d’administration, pas de préfet, pas de sous-préfet. Est-ce que la Minusma va partir faire préfet ou sous-préfet dans ces régions ? Non », a martelé le chef de la Minusma.

Ainsi, si l’Etat malien semble faire fi de la prise de position de la CMA et la plateforme contre ces élections, le représentant spécial du Secrétaire général des Nations-Unies au Mali et chef de la Minusma appelle plutôt au réalisme : « Nous sommes prêts à accompagner le gouvernement et nous sommes vraiment en train de faire tout notre possible pour que les élections aient lieu, mais soyons réalistes. Nous avons quand même deux acteurs qui sont là, armés, qui sont dans une partie du territoire et qui disent ne pas vouloir des accords et des élections. », a déclaré Annadif.

Et de s’interroger sur les résultats que donne de tel forcing, car il y a eu précédemment le cas des autorités intérimaires : « A quoi ont-elles servi ? » interroge t-il. les autorités intérimaires de Kidal ont été installées le 6 novembre 2017. Celles de Tombouctou n'ont jamais commencé à travailler. Pour Annadif, sans ambages sur la question, la responsabilité est au niveau, aussi bien des mouvements armés et que du gouvernement.

Le chef de la Minusma rappelle avoir alerté tout le monde, il y a un an sur la question de la dégradation de la sécurité dans le centre. « On nous a rétorqué : il n'y a pas de problème. » Et maintenant ?

Notre commentaire

Au Mali, l’heure est grave et le message de la France à ses citoyens concernant les voyages au Mali en est une confirmation supplémentaire. Que dit le site du ministère de Affaires Etrangères avec en appui une cartographie du risque? « N’y allez pas, sauf en cas de nécessité absolue ». Il est rappelé que les risques d’attentat et d’enlèvement dans les zones classées en rouge sont particulièrement élevés.

Tout projet de déplacement dans ces zones doit être exclu. Les ressortissants français résidents sont invités à les quitter, au moins temporairement.

Les déplacements professionnels restent possibles en zone orange, sous réserve d’être en conformité avec l’ensemble des consignes détaillées sur le site. Le tourisme au Mali reste formellement déconseillé.

Comme on le sait, un député a été attaqué alors qu’il visitait sa circonscription électorale. C’est n’est pas une surprise pour les Maliens qui habitent la zone dite “rouge”. Ils vivent cela depuis for longtemps.

Daou

Source : Le Republicain  14/11/17

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Interview de Hamed Diane SEMEGA Haut Commissaire de l'OMVS

Coup d'gueule

Modibo Fofana, journaliste : « Le Mali souffre de cinq maux: l'obscurantisme, l'analphabétisme, l'opportunisme, le népotisme et le "situationnisme" »

Blog

 « Cheick Modibo Diarra et Moussa Mara, deux hommes politiquement maladroits »

« Cheick Modibo Diarra et Moussa Mara, deux combinaisons dangereuses pour le Mali » 

« On ne dirigera pas ce pays par tâtonnements. La scène politique actuelle au Mali, est balayée de toute force d’attraction idéologique ou de visions ou compétences politiques. Et prétentieusement, une alliance s’affiche avec deux hommes politiquement maladroits; Moussa Mara (un bilan et comportement d’incertitude à tout moment, même souvent populiste), et pire, maintenant Cheick Modibo Diarra (qui est tout sauf un bon stratège politique).

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Quitter la CPI (Rediffusion)

25 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Inondations en Côte d'ivoire: pourquoi le bilan est-il si lourd?

25 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2018