Jeudi 23 Novembre 2017
Event Pirogue

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Agression contre la radio Kayira II de Koutiala. : Une grande marche de protestation ce samedi

La jeunesse Abdoul Karim Camara dit Cabral du parti SADI a condamné avec la plus grande vigueur l’agression criminelle et lâche de la station Kayira II de Koutiala, dénoncé le silence assourdissant de la Haute Autorité de l’Audiovisuel (HAC) et pointé un doigt accusateur sur l’ancien député du RPM, Barou Ouattara comme étant le principal commanditaire de cette agression. C’était au cours d’une conférence de presse tenue pour la circonstance le samedi dernier au siège de la Radio à Bamako en présence de M. Djiguiba Keita PPR du PARENA, Ras Bath du CDR, et des responsables des organisations de la société civile.

La jeunesse Abdoul Karim Camara dit Cabral du Parti SADI dénonce les dérives autoritaires et autoritaristes du Régime d’Ibrahim Boubacar Keita et condamne l’attaque criminelle contre la Radio Kayira II de Koutiala

D’après la déclaration liminaire, le mardi 7 novembre 2017, un escadron de nervis agissant sous les ordres de Barou Ouattara, responsable du RPM et ancien député à l’Assemblée Nationale du Mali, a attaqué la radio Kayira II de Koutiala qui venait de reprendre ses émissions à la suite d’une décision du Tribunal Administratif de Bamako.

En effet, par une requête en date du 12 octobre 2017, enregistrée et consignée au greffe le 16 octobre 2017, la Radio Kayira II de Koutiala avait saisi le Tribunal Administratif de Bamako d’un recours aux fins du sursis à l’exécution de la décision de fermeture.

Le 30 octobre 2017, le Tribunal Administratif a accédé à la demande du sursis à exécution de la décision à lui déférée par les soins des Conseils de la Radio, Maîtres Mariam Diawara et Maître Issa K. Coulibaly.

Dans ses attendus, le Tribunal Administratif a reconnu entre autres :

Que le motif évoqué par le Préfet pour fermer la Radio Kayira II de Koutiala est insuffisant et n’est établi par aucune pièce du dossier pour justifier l’atteinte à l’ordre public qui correspond à la trilogie Sécurité, Tranquillité, Salubrité Publique ;

Que l’examen du dossier n’a pu établir le motif retenu par la décision déférée, en ce qu’aucune transcription des bandes sonores incriminées par un acte d’huissier de justice, une plainte devant le juge pénale ou un Procès-Verbal de police ou de Gendarmerie n’est versée au dossier pour soutenir le Trouble à l’ordre public ;

Que les seules affirmations des familles fondatrices et autres voulant se faire justice dans une Etat de droit, ne saurait servir de motif légal à la dite décision de suspension ;

Que de surcroit, l’examen du dossier n’a pas établi l’urgence entraînant la prise de la décision attaquée un Samedi, jour non-ouvrable…

Le Tribunal Administratif a donc ordonné l’ouverture de la Radio Kayira II de Koutiala.

Fort malheureusement, le Préfet de Koutiala Youssouf Niaré s’est opposé fermement à  la décision de justice devant l’Huissier Commissaire Mamadou Fadiala Camara dépêché à Koutiala, au prétexte fallacieux qu’il avait interjeté appel du jugement rendu et que la radio Kayira ne pouvait pas émettre.

Après avoir signifié  au Préfet et au Procureur de la République près le Tribunal de Koutiala toute sa détermination à exécuter la décision du Tribunal, Maître Mamadou Fadiala Camara s’est déporté dans les locaux de la Radio pour faire sauter la serrure de sécurité du studio d’émission et dresser un Procès-verbal de constat.

A la reprise des émissions intervenue le lundi 6 novembre 2017 à 11Heures, le Préfet à fait appel à la Police qui a fait irruption dans les locaux de la Radio Kayira aux environs de 12heures et ordonné la fermeture de la station.

Sur place, elle essuya le refus ferme et courtois de l’Huissier, du Député Amadou Nanco Mariko et du Secrétaire Administratif du Bureau Politique du Parti SADI Nouhoum Keita. Ceux-ci avaient au préalable rencontré le Procureur de la République et le Préfet de Koutiala pour les informer des raisons de leur présence.

    UN DOIGT ACCUSATEUR POINTÉ SUR L’ANCIEN DÉPUTÉ BAROU OUATTARA DU RPM

Pour éviter tout malentendu avec la Police, l’Huissier Maitre Mamadou Camara, le Député Amadou Nanko Mariko et le Secrétaire Administratif du Parti SADI Nouhoum Keita se sont déportés de nouveau chez le Commissaire de Police Fadiala Keita munis de tous les documents. A l’issue des échanges  et après avoir pris les instructions auprès du Procureur, le Commissaire de Police a reconnu que la décision du Tribunal Administratif ne pouvait souffrir l’ombre d’aucune obstruction ni ambiguïté. La police a donc levé le camp en  promettant de prendre des mesures préventives contre toute menace éventuelle ou tentative de trouble à l’ordre public.

Malheureusement, sur instigation de l’ancien député par ailleurs responsable RPM Barou Ouattara, des individus non contents de la décision de justice, armés de couteaux, de manchettes et munis de bidons d’essence ont attaqué la radio Kayira II le mardi 07 novembre 2017, causant de nombreux blessés et d’importants dégâts matériels.

Devant la gravité de la situation, la Jeunesse Abdoul Karim Camara dit Cabral du Parti SADI a condamné avec la plus grande vigueur l’agression criminelle et lâche de la station Kayira II de Koutiala ; dénoncé l’attitude du Préfet par intérim de Koutiala qui, à travers son opposition délibérée à l’exécution d’une décision de justice, a fait un appel d’air aux auteurs de l’attaque criminelle de la Radio Kayira II de Koutiala ; dénoncé le silence assourdissant de la Haute Autorité de l’Audiovisuel (HAC) qui confine à la démission, sinon à un manque de courage devant les attaques répétées contre les radios du Réseau de Communication Kayira. A ce sujet, les nombreuses tentatives d’instrumentalisation des medias publics, le matraquage et les publicités tapageuses sur les antennes de l’ORTM, visant à présenter le bilan des quatre années de gestion chaotique de IBK, les campagnes électorales frauduleuses menées tambours battant sur fond de corruption et d’achat des consciences, d’arrogance et de mépris, les manœuvres en cours visant à bloquer la sanction populaire (absence de débat autour des  futures élections) et à faire taire tous ceux qui les empêcheront de tourner en rond en 2018. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre les agissements et l’acharnement du Préfet de Koutiala et des responsables du RPM contre la Radio Kayira. Aussi, elle a exprimé son soutien et sa solidarité à la radio Kayira de Koutiala, ses auditeurs et sympathisants ainsi que les populations de Koutiala qui se sont dressés comme un seul homme contre cette bande criminelle et adressé ses remerciements aux Partis PARENA, URD, PACP, ADP-Maliba, CNAS-Faso Hèrè, ADPS, mouvement CDR et à tous les défenseurs anonymes des libertés individuelles et collectives qui ont vivement condamné l’agression contre la Radio Kayira de Koutiala.

Pour manifester son indignation face à cette situation, énième du genre sur les radios Kayira, la jeunesse Abdoul Karim Camara dit Cabral du parti SADI organisera le samedi prochain à Bamako, une grande marche de protestation. D’autres organisations ont promis de se joindre à elle pour cette cause qu’elles trouvent justes et nobles.

Youssouf SANGARÉ

Source: Le Malien

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Catalogne - la « demoncratie » en danger !

Suite à la violation du droit des Catalans à l'autodétermination et au coup d'état perpétré contre les dirigeants catalans démocratiquement élus, le Chef de village africain lance un appel à la raison en direction du pouvoir dictatorial ex-bagnole et averti qu'il ne tolère pas de désordre aux portes de l'Afrique. Arrêtez vos enfantillages antidémocratiques!!!

Lire la suite

Blog

 Marcel-M. MONIN : « La démocratie n’est pas gênante » 

Les sociétés « démocratiques » sont des sociétés dans lesquelles (entre autres) les principaux décideurs émanent directement ou indirectement de l’élection (1). L’élection donne ensuite une légitimité à celui qui doit son poste au vote et une légitimité  à ce que fera ce dernier (2). Elle le protège également -sauf exceptions - (soit en droit, soit en fait) des juges. 

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Indignation ou indignité ?

23 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Les pays africains face aux défis du changement climatique

23 Novembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017