Mercredi 13 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Présidentielle de 2018 : SOS Adema-PASJ exige une candidature interne

Le Collectif SOS Adema-PASJ exige au Comité exécutif (CE) une candidature interne pour les élections présidentielles de 2018. L’information a été donnée ce mardi 10 octobre 2017 à la faveur d’une conférence de presse par.

Cette conférence de presse tenue à la Maison de la presse a enregistré la présence de plusieurs militants du parti. Elle était présidée par le Coordonnateur adjoint du Collectif SOS Adema-PASJ, Modibo Dembélé. “Aujourd’hui, l’Adema est à un tournant décisif de son histoire parce que ses militants veulent tirer les leçons du passé en s’inspirant des valeurs fondatrices du parti pour se mobiliser et reconquérir le pouvoir”, affirme M. Dembélé.

Selon lui, l’accompagnement dont le parti est lancé depuis un moment n’a pas apporté les résultats escomptés à cause de l’effritement du militantisme,  de l’intérêt personnel au détriment de l’intérêt collectif et surtout des valeurs fondatrices du parti.

Au cours de cette rencontre, les responsables du Collectif SOS Adema-PASJ, ont aussi dénoncé la mauvaise gouvernance au sein du parti qui se caractérise par la violation des textes.  “Nous constatons que le Comité exécutif avec à sa tête le président du parti, Tiémoko Sangaré,  persiste dans les violations des articles 43 et 64 des statuts et 85 du règlement intérieur “, a-t-il-ajouté.

Cette vision, selon les membres du collectif, dans sa réalisation peut être compromise par la situation actuelle du parti qui se caractérise par : la non-tenue de manière régulière des réunions du Comité exécutif ; la non-application des recommandations issues de la 15e conférence nationale, et plus particulièrement celle relative au choix du candidat du parti pour les élections de 2018 ; l’absence de clarification de la position du parti sur certaines questions sensibles et d’importance nationale.

Comme le dit un adage, ” unissons nous vaincrons “, le  SOS Adema-PASJ, s’inscrit dans cette dynamique. Et reste confiant, pour la course à Koulouba en 2018. “Si le parti a su rebondir de l’après coup d’Etat de 2012 et des élections de 2013, il n’est pas du tout évident qu’il puisse résister à une défaite en 2018. Au vu de ces constats, de sérieuses dispositions doivent-être prises en vue de consolider durablement les acquis  et de conquérir le pouvoir”, M. Dembélé dixit.

A l’en croire, ce sont les barons du parti de l’abeille qui sont à la base de cette politique machiavélique. Selon M. Dembélé, le collectif SOS Adema-PASJ projette plusieurs activités dans le sens de la mise en œuvre des recommandations issues de la 15e conférence nationale du parti tenue le 25 mars dernier.

Zié Mamadou Koné

Source: L'Indicateur du Renouveau

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

A quoi servent les sommets ?

13 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Togo: vers un dialogue?

13 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017