Mercredi 13 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Commune VI : Le torchon brûle entre le maire Alou Coulibaly et des conseillers RPM/CNID

On accuse le jeune édile URD  de faire fi des textes et de gérer la commune comme bon lui semble. Rien ne va plus entre le maire URD de la commune VI, Alou Coulibaly et certains de ses conseillers.

Il s’agit, notamment des conseillers élus sous les couleurs du RPM et du parti CNID. Leurs griefs : gestion à l’unilatéral de la commune, népotisme dans le recrutement de personnel, distribution gratuite de terrains à des fins politiques, entre autres. Pour informer l’opinion nationale sur ce qu’ils considèrent comme du jamais vu dans la gestion communale, les conseillers qui récusent leur maire, réunis au sein d’un collectif avec à sa tête le malheureux, tête de liste du RPM de la communale dernière, Baba Sanou étaient face à la presse le jeudi 05 octobre à Sogoniko. Le conférencier principal avait à ses côtés, entre autres, Adama Traoré, Boubacar Sogoba, Mariam Touré, Boureima Boubacar Coulibaly issus des formulations politiques du RPM et du CNID.

A en croire M. Sanou, depuis son installation, le jeune maire URD fait fi des textes et gère la commune comme bon lui semble. Selon lui, tous les actes du maire doivent être au préalable validés par son bureau. Ce qui n’est pas le cas avec Alou Coulibaly. Pour soutenir ses arguments, il a cité, entre autre, des cas d’attributions de terrains qui auraient lieu sous des formes d’exonération et des cas de recrutement sans, au préalable, informer le Bureau communal ou sans en associer des Conseillers compétents. C’est pourquoi, selon l’élu du RPM, le collectif a saisi madame le gouverneur pour toute fin utile.

Contactés par nos soins pour des raisons de recoupement, le maire nous livre sa version des faits. Selon Alou Coulibaly, les conseillers qui le récusent ont engagé leur bras de fer dès son installation sans autre fondement. Il dit compter sur le bon sens de toute la population  de la Commune. Qu’il a été victime de son élection devant eux et fait face à toute sorte d’actions à son encontre. Selon le maire et ses proches, le sieur Sanou qui n’a visiblement pas digéré sa défaite refuse toute collaboration depuis l’installation des maires. Que mieux, le centre d’état civil de Missabougou qui lui revenait dans la répartition est resté jusque-là sans maire délégué à cause de son refus. Sans quoi, selon lui, il ne fait l’objet d’aucune accusation de la part de ses adjoints sur aucune prétendue gestion unilatérale de la commune.

En ce qui concerne les prétendus recrutements dans les rangs de son parti, le maire réfute en bloc. « Depuis mon arrivée je n’ai connaissance que de quatre cas recrutements dont deux n’ont fait l’objet que de régularisation de leur situation. Leur situation était antérieure à mon arrivée », a précisé le maire. Par rapport aux deux autres cas, le maire estime que si le recrutement n’est pas massif, le  Maire peut se passer du Conseil, conforment à certaines dispositions du Code des collectivités relatives aux pouvoirs discrétionnaires du maire. Que d’ailleurs, dans tous les cas, c’était avec le quitus du premier- adjoint. Pour répondre à M. Sanou quant au népotisme dont on l’accuse, le maire ira jusqu’à souligner que, dès leur prise de fonction, le bureau voudrait récuser le beau-frère de M. Sanou en qualité de géomètre de la commune en raison de son lien avec un conseiller ; que c’est lui-même qui a pesé de son poids pour le retenir. S’agissant des allégations d’attribution de parcelles, le maire rétorque : «  La Commune ne dispose plus de terres, sujettes à la spéculation ».

Daniel KOURIBA

Source : 22 Septembre 12 Oct 2017

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Opposition désunie

12 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Deux ans après la COP21, quels changements?

12 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017