Vendredi 22 Septembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

La force du G5 Sahel se met progressivement en place

Cette organisation, qui regroupe la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Burkina Faso et le Tchad, est notamment très attendue pour renforcer l’action des armées nationales contre les groupes terroristes.

Le président du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta, a inauguré, samedi 9 septembre à Sévaré, dans le centre du pays, le poste de commandement central de la nouvelle force conjointe des cinq pays du Sahel, ou G5 Sahel : Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso et Tchad. La force, commandée par le général malien Didier Dacko, aura un état-major multirégional. Constituée sur le papier en juillet, avec un effectif prévu de 5 000 hommes, elle est très attendue pour renforcer l’action des armées nationales contre les mouvements transfrontaliers des groupes terroristes. Mais aussi pour soulager la mission de l’ONU au Mali, la Minusma, comme l’opération française Barkhane.

Outre Sévaré, la force devrait comprendre trois PC : l’un pour l’ouest de la zone à N’Beiketial, près de Nema, en Mauritanie, le deuxième pour le centre, à Niamey au Niger, et le troisième pour l’est à Wour, dans le Tibesti tchadien. Ce point stratégique se situe dans une région confrontée aux rébellions venues de Libye, et au carrefour de routes de trafics (migrants et drogues). Le Tchad mobilise déjà plusieurs milliers de soldats dans la zone.

Boucler le budget

Les sept bataillons relevant de cette armée régionale sont identifiés, les unités existant déjà. Reste à équiper et financer la force. L’Union européenne a promis 50 millions d’euros, la France apportant 8 millions en équipements (des véhicules blindés légers et des matériels de transmission). Les besoins, estimés au départ par les pays de la région à 430 millions d’euros, qu’ils financeront eux-mêmes à hauteur de 50 millions, sont en train d’être affinés – les Européens voudraient ramener le budget autour de 250 millions.

Plusieurs réunions, à l’ONU et à l’UE, sont prévues pour boucler le budget de cette organisation d’ici à la fin 2017. La Minusma pourrait voir, dans ce cadre, son mandat complété pour fournir le soutien de la force du G5 dans les domaines de la santé, de la force de protection, de l’alimentation et du carburant. Les premiers éléments seront opérationnels comme prévu en octobre, assure-t-on à Paris.

Source : Le Monde 11/09/17

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup d'gueule

Rokia Traoré à propos de l’insalubrité à Bamako : « Que chacun nettoie devant sa maison ! »

« Je vis à Bamako, mes enfants vont à l'école à Bamako. La différence entre vous et moi c'est que j'ai de l'ambition pour Bamako, Je m'aime en tant qu'africaine et malienne. Je ne vois pas pourquoi la propreté devrait être exclusivement blanche ou européenne. Nous étions propres avant de rencontrer les blancs je crois.

Lire la suite

Blog

 Complicité Algero-Française !

Peut-on avoir une réunion de haut niveau à Alger réunissant autour du Ministre Algérien des Affaires Etrangères les plus hauts fonctionnaires et militaires français pour évoquer la situation au nord du Mali sans les gouvernants Maliens ? Il y a certes une complicité algero-française sur le dos du Mali, mais pas pour le même but. Les gouvernants maliens, comme toujours, semblent être incompétents et inadaptés à la situation qui prévaut actuellement. Le fait que l’ordre du jour ait été consacré au processus de paix sans la participation du Mali laisse la place à la suspicion.

Lire la suite

Youssouf Maïga, PDG de l’OPAM

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La Cour de Récré à l'ONU

20 Septembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] «La RCA a besoin de la Communauté internationale»

21 Septembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017