Mercredi 21 Février 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

La force du G5 Sahel se met progressivement en place

Cette organisation, qui regroupe la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Burkina Faso et le Tchad, est notamment très attendue pour renforcer l’action des armées nationales contre les groupes terroristes.

Le président du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta, a inauguré, samedi 9 septembre à Sévaré, dans le centre du pays, le poste de commandement central de la nouvelle force conjointe des cinq pays du Sahel, ou G5 Sahel : Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso et Tchad. La force, commandée par le général malien Didier Dacko, aura un état-major multirégional. Constituée sur le papier en juillet, avec un effectif prévu de 5 000 hommes, elle est très attendue pour renforcer l’action des armées nationales contre les mouvements transfrontaliers des groupes terroristes. Mais aussi pour soulager la mission de l’ONU au Mali, la Minusma, comme l’opération française Barkhane.

Outre Sévaré, la force devrait comprendre trois PC : l’un pour l’ouest de la zone à N’Beiketial, près de Nema, en Mauritanie, le deuxième pour le centre, à Niamey au Niger, et le troisième pour l’est à Wour, dans le Tibesti tchadien. Ce point stratégique se situe dans une région confrontée aux rébellions venues de Libye, et au carrefour de routes de trafics (migrants et drogues). Le Tchad mobilise déjà plusieurs milliers de soldats dans la zone.

Boucler le budget

Les sept bataillons relevant de cette armée régionale sont identifiés, les unités existant déjà. Reste à équiper et financer la force. L’Union européenne a promis 50 millions d’euros, la France apportant 8 millions en équipements (des véhicules blindés légers et des matériels de transmission). Les besoins, estimés au départ par les pays de la région à 430 millions d’euros, qu’ils financeront eux-mêmes à hauteur de 50 millions, sont en train d’être affinés – les Européens voudraient ramener le budget autour de 250 millions.

Plusieurs réunions, à l’ONU et à l’UE, sont prévues pour boucler le budget de cette organisation d’ici à la fin 2017. La Minusma pourrait voir, dans ce cadre, son mandat complété pour fournir le soutien de la force du G5 dans les domaines de la santé, de la force de protection, de l’alimentation et du carburant. Les premiers éléments seront opérationnels comme prévu en octobre, assure-t-on à Paris.

Source : Le Monde 11/09/17

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Salif Sanogo, journaliste à BBC Afrique : « …Quoi qu’il en soit »

"Les gens ne sont ni raisonnables, ni logiques, ni généreux. Aime-les, quoiqu'il en soit.

Si tu agis bien, on va t'accuser de le faire avec arrière-pensée. Agis bien quoiqu'il en soit.

Lire la suite

Blog

Doing Business: « un scandale au cœur de la Banque Mondiale »

La démission fracassante de Paul Romer, chef économiste de la Banque Mondiale, suite à ses critiques portant sur le classement Doing Business, fragilise ce rapport qui fait autorité depuis quinze ans.

Lire la suite

« Prix Oumar Diallo » 2e édition

Prix Oumar Diallo, 2ème édition : Tous à La Gare ce jeudi 1er mars

La remise du Prix Oumar Diallo se déroulera ce jeudi 1er mars 2018 à 18h 30 à l’Espace culturel La Gare, sis au Centre commercial - en face de la gare ferroviaire de Bamako. 

Lire la suite

Interview : Ministre des Sports

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Les Gondwanais marchent (rediffusion)

20 Février


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Violences sexuelles: la parole se libère

20 Février

© Dépêches du Mali 2012 - 2018