Dimanche 20 Août 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Tombouctou : Le MPSA lève sa menace de bloquer l’accès à la ville

La menace avait été formulée, le mercredi 26 juillet 2017, par le Mouvement Populaire pour le Salut de l'Azawad (MPSA), membre de la Plateforme.

Ce jour-là, ce dernier avait adressé un ultimatum de 14 jours au bout duquel il avait menacé de fermer tous les accès menant à la ville de Tombouctou pour les convois officiels y compris ceux de Barkhane et de la MINUSMA. Ce mouvement a justifié sa décision par le blocage de tout le processus de paix à cause de la reprise des hostilités entre groupes armés rivaux à Kidal et Ménaka.

Ainsi, dans un communiqué rendu public, le mercredi 9 août dernier, le MPSA a décidé de lever sa menace de bloquer l’accès de la ville de Tombouctou. Ce, jusqu’à nouvel ordre. Parmi les raisons invoquées par le secrétaire général de ce mouvement, Boubacar Sidigh Ould Taleb Sidi Ali, figure le fait d’accorder un délai supplémentaire aux alliés (leaders des mouvements, forces politiques et société civile) « de réfléchir à une action pacifique coordonnée plus efficace avec moins de risque pour les populations ».

Tout en encourageant la mission de bons offices conduite par l’imam Mahmoud Dicko, le MPSA a exprimé sa disponibilité à faire des propositions concrètes à la médiation allant dans le sens du règlement du conflit qui oppose les groupes armés rivaux à Kidal.

Par ailleurs, ce mouvement a également tenu à féliciter les ressortissants des régions de Taoudenit et Ménaka pour leur « adhésion massive » à la déclaration du 26 juillet 2017 relative à la menace de bloquer la ville de Tombouctou aux convois officiels y compris ceux des forces internationales (Barkhane et MINUSMA).

Il convient de préciser que le MPSA a aussi formulé des recommandations pour donner un nouveau souffle au processus de paix. C’est à cet effet qu’il a demandé l’arrêt immédiat des hostilités entre les frères dans les régions de Kidal et Ménaka ainsi que la reprise des travaux des commissions issues de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali afin de permettre d’avancer significativement dans sa mise en œuvre

Source : Kibaru

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Propos mémorables

« Une révision constitutionnelle ne vaut que par une adhésion populaire et consciente ». C’est par cette phrase vertueuse et oh combien sage, prononcée le 20 novembre 2001, que l’ancien président Alpha Oumar Konaré, renonçait au Referendum constitutionnel de 2002. Puisse cet esprit inspirer dans un contexte actuel bien plus tendu.   

Lire la suite

Blog

 Complicité Algero-Française !

Peut-on avoir une réunion de haut niveau à Alger réunissant autour du Ministre Algérien des Affaires Etrangères les plus hauts fonctionnaires et militaires français pour évoquer la situation au nord du Mali sans les gouvernants Maliens ? Il y a certes une complicité algero-française sur le dos du Mali, mais pas pour le même but. Les gouvernants maliens, comme toujours, semblent être incompétents et inadaptés à la situation qui prévaut actuellement. Le fait que l’ordre du jour ait été consacré au processus de paix sans la participation du Mali laisse la place à la suspicion.

Lire la suite

La Parole aux miniers de Foroko

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme vide (rediffusion)

18 Août


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

18 Août

© Dépêches du Mali 2012 - 2017